Aller au contenu principal

Blé : des rapports de force qui changent

La France va devoir défendre chèrement sa place sur la « planète blé » : le poids de la Russie et de l’Ukraine est de plus en plus fort… Comme celui de la Chine.

« En Ukraine, les marges des producteurs sur le blé se situent entre 350 et 550 dollars à l’hectare alors autant dire que la baisse des cours mondiaux les affecte peu», a expliqué Jean-Jacques Hervé, expert des agricultures russe et ukrainienne, lors de la réunion d’information de Sénalia, début janvier. La « planète blé », thème du débat organisé par l’entreprise, ne tourne plus autour de l’Europe ou de la France. D’autant plus que « l’argent coûte 20 à 25 % en Ukraine, donc les entreprises font aujourd’hui de l’extensif qui est moins sûr en termes de qualité… Mais cela va évoluer », a ajouté le spécialiste. Du côté des importateurs, les stratégies se modifient tout autant, avec une volonté de construire de nouveaux flux commerciaux.

La Chine cherche à faire baisser les prix mondiaux

Ainsi en est-il de la Chine, de plus en plus présente en Afrique. Pour Jean-Marc Chaumet, chargé d’études à l’Institut de l’élevage et expert de la Chine, son but n'est pas de produire de quoi se nourrir mais de développer la production locale. « C’est une question de sécurité alimentaire globale, a-t-il dépeint. Si l’Afrique se nourrit mieux, elle importera moins, ce qui fera baisser les prix mondiaux ». Selon Jean-Jacques Hervé, la Chine comme la Russie entretiennent « une instabilité contrôlée » des cours mondiaux. « Les Russes et les Ukrainiens sont en train de comprendre que les volumes ne font pas tout, il faut aussi savoir jouer sur les prix ». Ce jeu très politique peut par exemple passer pour la Russie par un contrôle de ses importations de viande en vue de placer sa céréale, dont la qualité peut parfois être insuffisante. Bilan, la place du blé français n’est pas acquise. Pour Jean-François Loiseau, président d’Intercéréales (interprofession des céréales), il faut prévoir plus que jamais que les opérateurs hexagonaux en particulier envisagent « un mix de sourcing », qui associerait les origines pour mieux répondre à la demande.  Une chose est sûre, s’adapter aux besoins du client devient crucial. « Si on ne fait rien, on va reculer », a-t-il estimé.


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures