Aller au contenu principal

Biodiversité : « Je reçois des aides pour des couverts et des jachères bénéfiques à la faune »

Agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret, Laurent Gasnier a multiplié les aménagements parcellaires pour favoriser la biodiversité sauvage.

Laurent Gasnier, agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret.
Laurent Gasnier, agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret.
© L. Gasnier

« Environ 5 hectares de mes terres sont consacrés au développement de la faune sauvage, le gibier mais aussi les insectes auxiliaires. Sur 1 à 1,50 mètre de large, je gère les bords de champ autour de mon parcellaire avec le semis d’un mélange floral pérenne favorisant les pollinisateurs sauvages et auxiliaires. C’est une action soutenue par l’association Hommes et Territoires dans le cadre du programme Agrifaune. Pour maintenir ce milieu, je n’effectue pas de broyage, sauf si du chardon se développe. Pour cela, j’ai reçu une aide financière de la Région dans le cadre du programme européen Leader sur le PETR (Pôle d’équilibre territorial et rural) Pays Loire Beauce regroupant plusieurs communes.

Par ailleurs, j’ai installé près d’un hectare de jachères mellifères comportant des plantes (achillées, marguerites, mauves, soucis…) attirant les pollinisateurs sauvages mais peu les abeilles domestiques, car l’activité de ces dernières ne doit pas être détournée de la pollinisation des porte-graines du secteur. Sur 1,2 hectare, une jachère faune sauvage sert de refuge au gibier l’hiver avec du sorgho fourrager et du maïs restant sur pied. Une autre jachère plus classique couvre 0,6 hectare. J’ai enfin 750 mètres de haies de 6 mètres de large. Jachères et haies me permettent de dépasser les exigences réglementaires en SIE (surface d’intérêt écologique) avec 7,5 % de ma SAU. Je mets aussi en place des couverts d’interculture comptabilisés en SIE, avec un mélange Agrifaune favorable à la biodiversité.

La fédération de chasse du Loiret a financé plusieurs actions : plants pour les haies et leur protection, semences de bandes fleuries ou pour les jachères. Je reçois en outre 200 à 300 euros à l’hectare pour la jachère faune sauvage. Je remarque le développement de certains gibiers et d’autres animaux. Il y a davantage de pollinisateurs mais je ne peux pas chiffrer l’impact de ces aménagements sur mes cultures et les ravageurs. J’ai supprimé les insecticides sur les cultures au printemps et j’applique peu d’antilimace, mais c’est aussi permis par mes pratiques culturales. Avec le retour d’une biodiversité sauvage, je prends plaisir à travailler dans une plaine vivante et c’est important. Cela fait partie de mon bien-être au travail. »

80 ha dont 20 de maïs grain, 25 d’orge de printemps, 25 de blé tendre, 5 de sorgho. 5 ha de haies, jachères, chêne truffier… Irrigation.

 

 

 

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Yann Matura, 120 hectares à Buchy."Depuis trois ans, j’utilise des purins d'ortie tout formulés (Form GC) de J3G avec une application au 1er nœud et une seconde à 2 nœuds. Avec un coût de 10 euros à l'hectare, ces produits tonifient les cultures."
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures