Aller au contenu principal

Bio : le casse-tête des silos de collecte

Développer le bio implique de diversifier ses cultures. Or stocker de petits volumes de nombreuses espèces complique la vie des organismes stockeurs. 

La marchandise tourne beaucoup moins vite dans un silo bio que dans un silo conventionnel.
© L. Guilemin

L’équation est simple : Axéreal Bio collecte 35 espèces sur 25 départements et va disposer cette année de 6 silos… contre 250 pour le conventionnel. Le rayon de collecte est de l’ordre de la centaine de kilomètres. C'est coûteux, d’autant plus que « la marchandise tourne moins dans les silos bio : en conventionnel, un silo de 1000 tonnes verra passer au minimum 2000 tonnes sur une campagne et aura un ratio minimum de 2, mais en bio, il est plutôt d’1,2 », analyse Gilles Renart, Axéréal Bio. Pour améliorer ses performances à coût réduit, la société mise sur le stockage à la ferme mais aussi le partenariat et les prestations de service. Depuis la fin 2014, la coopérative met en marché la collecte bio de la Cavap et de Dijon Céréales au travers de l’union Centre Bio. Dans ce cadre, elle travaille également pour des coopératives du Nord Bassin parisien, Acolyance et UCBC (Union de Noriap, ValFrance, Sévépi…). « Cela nous permet entre autres de faire de l’optimisation logistique entre silos et de structurer notre organisation », observe le responsable.

Des rayons de collecte pouvant dépasser les 100 kilomètres

Avec 17 silos pour 17 départements, soit un rayon d’approvisionnement de 50 à 70 kilomètres, Agribio Union apparaît mieux organisée, mais il s’agit pour l'essentiel de structures mises à disposition par les coopératives de l’union. Ce n'est pas suffisant : « nous avons 30 % de nos volumes qui sont réalisés avec des stockeurs à la ferme », précise Nicolas Lecat. Le groupe Soufflet a quant à lui récupéré un premier silo d’une petite malterie du groupe : « il est situé à Arcis-sur-Aube et aura une capacité de 4000 tonnes avec une quinzaine de cellules », souligne François Besson. Le rayon de collecte sera vaste, autour de 150 kilomètres. Soufflet veut pouvoir travailler la marchandise, ce qui implique table densimétrique et trieur optique. L’investissement total dépassera largement le million d’euros.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures