Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Bilan positif du sorgho grain pour la campagne 2018

La production française de sorgho est en progression avec un rendement moyen de 55 q/ha. Cultivée dans le sud-ouest, mais aussi dans le centre et l’ouest de l’hexagone, la céréale devrait continuer à progresser en 2019.

D'après les essais d'Arvalis, la moyenne de production en sorgho grain se situe entre 70 et 80 q/ha.
© Semences de Provence

Pour la deuxième année consécutive, les surfaces en sorgho progressent sur le territoire français dépassant les 60 000 hectares répartis sur près de 8 000 exploitations. Malgré les conditions climatiques difficiles, les fortes pluies au moment des semis et la sécheresse pendant l’été, le rendement moyen de la campagne 2018 atteint 55 q/ha, légèrement en dessous de la moyenne quinquennale (57 q/ha), selon les estimations d’Agreste (ministère de l’Agriculture). Cependant ces données sont à remettre en perspective : « la moyenne prend en compte les rendements estimés en sorgho grain et sorgho fourrager », indique Jean-Luc Verdier, responsable des activités sorgho pour Arvalis, lors d’une conférence de presse organisée par Semences de Provence, le 15 novembre à Paris. « D’après les essais d’Arvalis, la moyenne de production en sorgho grain se situe entre 70 et 80 q/ha, souligne Julie Toussaint, directrice de Semences de Provence. Mais il y a une grande hétérogénéité entre les parcelles, autant sur les surfaces cultivées, entre 60 et deux hectares, qu’au niveau des rendements, entre 60 et jusqu’à 120 q/ha pour des parcelles bénéficiant d’irrigation ». 85 % des doses de semis de sorgho sont destinées à la production en grain et 15 % à l’ensilage, d’après le semencier leader du marché en France. Au niveau des prix, le sorgho suit l’évolution des cours du maïs, autour de 115 €/t.

Des disparités régionales de plus en plus prononcées

Cette année, « on observe des disparités régionales avec un développement du sorgho sur l’ouest et le centre de la France et une érosion des surfaces dans la zone historique du sud-ouest », note la directrice. En Occitanie, si les surfaces remontent légèrement (+10 % par rapport à 2017), elles sont en baisse de -8 % sur les cinq dernières années. Le sorgho est en concurrence avec le maïs. Dans le Centre-Val de Loire, les Pays de la Loire et en Nouvelle-Aquitaine, « les surfaces progressent car ces dernières années, dans ces régions, le maïs a eu des déconvenues et le tournesol a subi des dégâts d’oiseaux, explique Julie Toussaint. De plus, la tendance actuelle est à la diversification des assolements. » Pour le semencier, les premières tendances de la campagne 2019 confirmeraient ces disparités régionales et la production devrait continuer à augmenter.

Chine influence le marché à l'exportation

Cinquième céréale la plus cultivée dans le monde, le sorgho continue à se développer au niveau international, en progression régulière depuis 2012. La production mondiale atteint 64 millions de tonnes pour 42 millions d’hectares emblavés en 2018. Les principaux producteurs restent les Etats-Unis, l’Afrique, la Russie et la Chine, mais les productions argentines, mexicaines et indiennes sont en baisse. Car depuis 10 ans, l’arrivée de la Chine sur le marché du sorgho bouleverse les échanges. Le pays est un gros importateur. « En 2012/2013, la Chine a acheté la quasi-totalité de la production disponible à l’exportation, soit près de 10 millions de tonnes, relève Jean-Luc Verdier. Et aujourd’hui, au regard des relations entre les Etats-Unis et la Chine, cela va probablement évoluer. Ce dernier pourrait se tourner vers le maïs ou vers le sorgho australien. Plus proche, l’Australie devrait être plus compétitif que le sorgho américain ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Les céréales n'aiment pas beaucoup les excès d'eau, en particulier les orges. © C. Baudart
En grandes cultures, les excès de pluies hivernales bousculent les assolements
Les niveaux de pluviométrie de l’hiver, largement supérieurs à la normale, modifient la physionomie de la plaine : semis de blé…
Les filières betteravière et céréalière ont accru leur production d'alcool et distribuent du gel hydroalcoolique au personnel soignant. © G. Omnès
[Covid-19] Les grandes cultures lancées dans la bataille
La filière céréalière s’implique fortement dans la lutte contre le coronavirus, au travers notamment de la production de gel…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures