Aller au contenu principal

Big bang dans l'étiquetage des big bags d'engrais 

L'entrée en vigueur d'une nouvelle réglementation en 2022 imposera des mentions plus précises sur les étiquettes d'engrais. À plus longue échéance, des changements profonds de pratiques se profilent avec l'objectif européen de baisse des émissions de gaz à effet de serre.

Les mentions figurant sur les étiquettes des engrais seront plus nombreuses à partir de 2022, avec la liste détaillée des ingrédients et la présence d'éventuelles matières contaminantes. © G. Omnès
Les mentions figurant sur les étiquettes des engrais seront plus nombreuses à partir de 2022, avec la liste détaillée des ingrédients et la présence d'éventuelles matières contaminantes.
© G. Omnès

Bientôt la valse des étiquettes ! Avec l'entrée en vigueur d'une nouvelle norme européenne à l'été 2022, la plupart des mentions changeront sur les étiquettes des sacs d'engrais. Elles seront plus nombreuses : aux indications de teneurs en éléments fertilisants des produits s’ajouteront la catégorie à laquelle appartient l’engrais, la présence (et la teneur) d’éventuelles matières contaminantes, la forme du produit et la liste détaillée des ingrédients de fabrication. Pour les fabricants d’engrais, cette législation européenne permet d’harmoniser la commercialisation de l’ensemble des matières fertilisantes et supports de culture dans l’ensemble des pays de la zone euro. Elle définit sept catégories de produits fertilisants, dont les biostimulants. Tous ces produits devront désormais respecter les normes CE pour être vendus en Europe.

« En lisant les étiquettes, les utilisateurs sauront à partir de quelle matière première sont fabriqués les engrais et quels éléments nutritifs les composent », détaille Estelle Valin, directrice de l’Afcome, association qui regroupe les distributeurs d’engrais et les fabricants de mélanges français. Fini les dénominations comme Granular ou Sulfammo sur les big bags. Ces termes franco-français n’ont pas été retenus par le législateur européen. Ils pourront toutefois être mentionnés sur les étiquettes. La granulométrie des produits, qui influence les distances de projection de l’engrais et donc la précision de l’apport, sera également précisée. Un plus pour les producteurs qui pourront ainsi mieux juger de la qualité du produit et ajuster le règlage de leur semoir.

Objectif de baisse de 20 % des utilisations d'engrais d'ici 2030

Au-delà de ces changements réglementaires, l’ensemble de la filière va devoir prendre un nouveau virage, plus économe. Avec son Green Deal, la Commission européenne entend réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55 % d’ici à 2030. Pour y parvenir, la stratégie dite « de la ferme à la table » fixe le cap d'une baisse de 20 % des utilisations d'engrais et de 50 % des pertes de nutriments d’ici 2030. Un objectif conforme à celui de la loi Climat et Résilience, en cours d’examen en France, qui reprend plusieurs propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

Pour les agriculteurs et les organismes stockeurs, la gageure consistera à préserver les potentiels de production tout en atteignant ces objectifs. Ces réductions nécessiteront d'activer tous les leviers disponibles, allant de l'utilisation de matériels plus précis à la mise en oeuvre de pratiques agronomiques adaptées. La maîtrise de la volatilisation, très dépendante des conditions météo, sera notamment un paramètre incontournable.

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures