Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Bienvenue aux projets de territoire pour la gestion de l’eau

Le gouvernement généralise la méthode des PTGE, les projets de territoires pour la gestion de l’eau. Objectif ? Mieux partager la ressource en eau en faisant face aux changements climatiques.

Un nouvel élan à une gestion partagée de la ressource en eau. C’est ce que le gouvernement veut insuffler face à une ressource en eaux de surface qui diminue sous l’effet du réchauffement climatique. On assiste à une aggravation des étiages, en particulier dans la moitié sud de la France. La baisse et la diminution des précipitations devraient en induire une augmentation des besoins hydriques. Dans ce contexte, la généralisation des projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE) annoncée par le gouvernement début mai(1) a été saluée par la profession agricole. FNSEA, APCA et Irrigants de France voient dans ces PTGE une « reconnaissance de la nécessité de stocker de l’eau à la hauteur des enjeux pour anticiper les pénuries et excès d’eau, tant pour les agriculteurs que pour l’ensemble des usages ».

Une dynamique de dialogue

Les PTGE consistent en une concertation locale avec tous les usagers de l’eau. Ils s’appuient sur « une dynamique de dialogue ». Objectifs : améliorer la résilience des territoires et mieux partager la ressource en eau. Au programme de ces PTGE, citons la mise en œuvre d’actions d’économie hydriques, l’accompagnement des agriculteurs, la mobilisation de la ressource en période de hautes eaux. Les préfets sont priés de faciliter l’émergence et l’aboutissement des programmes. Les agences de l’eau peuvent désormais financer les projets de mobilisation de volumes supplémentaires, et pas seulement ceux dits de substitution.

(1) bit.ly/2VhEjwc
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Les céréales n'aiment pas beaucoup les excès d'eau, en particulier les orges. © C. Baudart
En grandes cultures, les excès de pluies hivernales bousculent les assolements
Les niveaux de pluviométrie de l’hiver, largement supérieurs à la normale, modifient la physionomie de la plaine : semis de blé…
Les filières betteravière et céréalière ont accru leur production d'alcool et distribuent du gel hydroalcoolique au personnel soignant. © G. Omnès
[Covid-19] Les grandes cultures lancées dans la bataille
La filière céréalière s’implique fortement dans la lutte contre le coronavirus, au travers notamment de la production de gel…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures