Aller au contenu principal

INNOVATIONS
Bientôt une météo à la parcelle

Pour le raisonnement de ses pratiques, rien de tel que de disposer d’informations à l’échelle de son champ. Cela vaut pour les données météorologiques utilisées en direct par l’agriculteur ou faisant tourner des outils d’aide à la décision. Les nouvelles technologies laissent entrevoir l’objectif d’une météo à la parcelle.

Pour fonctionner, des outils d’aide à la décision ont besoin d’être alimentés en température, humidité relative, pluviométrie, évapotranspiration… Avec ces données météo qui gagnent en précision, les outils de pilotage ne peuvent que devenir plus fiables. Est-ce si simple ? D’abord, qui dit données météorologiques dit stations de mesures. Celles-ci sont disséminées sur tout le territoire français mais il n’y en a pas suffisamment pour apporter des mesures à la parcelle. Météo France dispose de 1200 de ces stations. Arvalis en utilise les données pour faire tourner ses modèles de prévision de stades de cultures, de maladies… Les miracles de la géostatistique permettent d’améliorer la précision. « Car le but est bien de fournir des informations à la parcelle se rapprochant de la réalité du terrain », souligne Olivier Deudon,Arvalis. Des structures agricoles mais aussi des agriculteurs préfèrent posséder leurs propres stations météo de façon à avoir des données les plus proches de leurs cultures et spécifiques à leurs besoins. Un organisme comme Demeter gère plus de 600 de ces stations en réseau afin d’améliorer le service auprès des agriculteurs. Producteur de pommes de terre, Thierry Foy tire parti des données de deux stations : la sienne et celle d’un exploitant voisin pour la prévision du mildiou sur ses parcelles. La fiabilité d’une mesure météorologique couvrant l’ensemble d’une zone va de pair avec son homogénéité spatiale. Ce qui est vrai pour les températures ne l’est pas pour la pluviométrie, soumise à de grandes variations à quelques kilomètres près pendant le printemps et l’été. Dans ce cas, il n’est pas facile d’obtenir la précision voulue.

VINGT-QUATRE RADARS MÉTÉO FRANCE
À moins qu’un nouvel outil du météorologue ne vienne à la rescousse : le radar. Cet équipement permet de repérer et suivre les épisodes pluvieux et même de les mesurer à une précision inférieure au kilomètre carré. Mais les radars ne sont pas pour toutes les bourses. Pour les besoins du territoire national, Météo France en gère 24.Des structures agricoles franchissent le pas de l’acquisition d’un radar pour les besoins de leurs agriculteurs adhérents. La coopérative Nouricia en installe un pour une couverture équivalente à deux départements. Les données du radar seront couplées à divers outils.
Outre la mesures de données, la précision gagne également les prévisions.Météo France propose un service de prévision de 2,5 kilomètres de résolution spatiale quand celle-ci n’était encore que de 10 kilomètres il y a quelques années. Et avec les gains de puissance de nouveaux supercalculateurs, on atteindra la prévision au kilomètre sous peu. C’est une promesse de Météo France.




Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures