Aller au contenu principal
Font Size

Betteraves : négociations ardues autour du futur accord interprofessionnel

Betteraviers et sucriers peinent à s’entendre sur les bases de négociation du nouvel accord interprofessionnel qui prendra effet en 2017, à la fin du régime des quotas.

Pour l’instant, je ne peux vous montrer que la première page. Sur le reste, nous ne nous sommes pas encore mis d’accord. » C’est par une boutade qu’Alain Jeanroy, directeur général de la CGB (Confédération générale des planteurs de betteraves), a fait le point début décembre sur les négociations entamées avec les fabricants de sucre autour du futur accord interprofessionnel 2017-2019. Prévu dans le cadre de l’OCM unique, il doit prendre effet à la fin des quotas, au 30 septembre 2017. Si son existence n’est pas remise en cause, son contenu est incertain. Pour la secrétaire générale de la CIBE (betteraviers européens), Elisabeth Coste, « le cadre est très précis dans le fait qu’il accorde des dérogations aux associations de planteurs pour négocier avec les fabricants, notamment sur les conditions d’achat de la betterave et les contrats ». Mais pour les fabricants de sucre, cette dérogation aux règles de la concurrence présente des risques. Questionnée, la commission doit produire un nouvel acte juridique. Le 8 décembre, lors de l’assemblée générale de la CGB, Catherine Geslain-Lanéelle, directrice générale de la performance économique et environnementale des entreprises (DGPE) eu ministère de l’Agriculture, a douché les espoirs des planteurs. Selon elle, il est « improbable que l’acte juridique vienne autoriser la négociation collective du prix ».

Les industriels ne veulent pas être pris au piège d’un accord trop restrictif

Dans ce contexte, les fabricants français traînent des pieds. interpellés le 8 décembre, Thierry Lecomte, président de Tereos, et Olivier de Bohan, président de Cristal Union, se sont montrés tous deux favorables à un accord interprofessionnel… Sous conditions. « On peut y mettre les éléments techniques qui y sont présents aujourd’hui, qu’il faut discuter et dépoussiérer un peu, explique Thierry Lecomte. Mais de là à avoir des prix… » De son côté, Cristal Union travaille le sujet avec ses planteurs. « Nous avons besoin d’un accord national de base pour que la filière reste forte, juge Olivier de Bohan. Mais il doit tenir compte du fait qu’aujourd’hui, les industriels sont à 80 % des coopératives. » Cristal Union s’interroge entre autres sur la valorisation de la pulpe de betteraves, aujourd’hui rendue aux planteurs et destinée à l’élevage ou aux usines de déshydratation.

La CGB veut une clé de répartition des prix pour sécuriser les planteurs

La CGB sait de son côté où elle veut aller. « Il faut apporter des formules connues avant les semis, a souligné Gilles Bollé, son trésorier, le 8 décembre. On ne va pas demander un prix mais une clé de répartition. » Comme dans le dernier règlement sucre, il s’agirait de redonner 44 % du prix du sucre aux planteurs et 56 % aux industriels. Le calcul tiendrait compte de la réalité des débouchés de la betterave chez chaque sucrier et s’appuierait sur l’observatoire des prix.

Trouver un terrain d’entente sera nécessaire. D’autant plus que, comme l’a rappelé Serge Lhermitte, délégué interministériel et auteur d’un rapport sur la fin des quotas, « demain, gagner de l’argent ne sera plus aussi automatique que ça ». La concurrence sera forte.

Des betteraves de janvier payées plus cher

Avec un rendement moyen de 87 t/ha à 16° très affecté par la sécheresse et un prix moyen de 25,50 €/t en raison de la baisse des cours du sucre, l’année 2015 est mauvaise. « Cette année, on est à zéro de marge », a rappelé Alexandre Quillet, président de l’ITB (Institut technique de la betterave) le 8 décembre. Optimiser les coûts de production de la filière s’impose. Pour la CGB, cela passera par un allongement des campagnes, à 100 voire 120 jours, donc des arrachages plus tardifs avec les contraintes de semis qui vont avec. Le syndicat y est prêt… si la rémunération suit, à 3 €/t en plus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures