Aller au contenu principal

Phytos et semences
Bayer se réorganise après l’absorption de Monsanto

Effective depuis à peine un mois, la reprise par Bayer de Monsanto se concrétise enfin, comme l’ont expliqué les dirigeants du groupe à Monheim le 18 septembre… mais le temps n’est pas encore venu pour eux d’afficher clairement leurs ambitions.

La direction de Bayer Crop Science, toujours présidée par Liam Condon, au centre, accueille plusieurs anciens dirigeants de Monsanto, dont Bob Reiter (3è à droite) ou James Swanson (1er à gauche).
© V. Noël

Initié à l’été 2016, le rachat de Monsanto par Bayer n’est une réalité pour les équipes que depuis le 21 août 2018 : avant de pouvoir se réorganiser, les deux groupes devaient se mettre en conformité avec les autorités de la concurrence américaine et européenne, donc avoir chacun liquidé leurs actifs « en trop ». A l’occasion de sa convention annuelle avec la presse intitulée « Future of farming dialogue » qui s’est déroulée le 18 septembre à Monheim, au siège du groupe, Bayer n’a pas chiffré ses ambitions, malgré de fortes attentes. « Nous avons les projections pour chacune des deux compagnies mais pas encore pour l’ensemble combiné, a expliqué Liam Condon, président de la division Crop Science de Bayer. Ce sera plus clair à la fin de l’année ». Les formalités financières ne sont pas terminées et imposent des délais. Les dirigeants se sont donc focalisés sur les orientations qu’ils souhaitaient donner à la nouvelle entité. 

« Nous ciblons le développement de solutions aux champs sur mesure pour nos clients et nous comptons bien générer plus d’innovations et plus vite que n’importe qui d’autres », a résumé Liam Condon. La nouvelle stratégie du groupe s’articule autour de trois éléments : l’innovation, la durabilité et la transformation digitale. L’objectif est d’« apporter à l’agriculteur les connaissances et les données pour faciliter sa prise de décision », a souligné pour sa part Bob Reiter, en charge de la R&D. Les synergies entre les deux sociétés, finalement très complémentaires, doivent faire gagner du temps au groupe par rapport au reste de son environnement.

L'agriculture à armes égales avec la pharmacie chez Bayer

L’addition des chiffres d’affaires des deux compagnies monte à 20 milliards d’euros par an, pour un investissement en R&D de 2 milliards d’euros. Forte de ses 35 000 employés dont 8000 en R&D, la division renforcée va faire désormais jeu égal en chiffre d’affaires avec les activités de pharmacie du groupe allemand. Elle devrait dans un premier temps apparaître leader sur les marchés du soja et du maïs ainsi que sur celui des céréales et du « digital farming », The Climate Corporation, propriété de Monsanto, étant absorbée. « Mais ce n’est pas seulement pour être numéro 1 que nous avons rapproché les deux entités, cela n’aurait pas de sens », a indiqué Liam Condon, qui veut aller plus loin dans l’innovation et le service aux agriculteurs.

Dans la nouvelle organisation, Liam Condon s’est entouré de plusieurs ex-dirigeants de Monsanto qui occupent des postes stratégiques. C’est le cas de Bob Reiter, qui était vice-président en charge de la stratégie de R&D ou de Brett Begemann, l’ancien PDG, qui devient directeur général.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures