Aller au contenu principal

Agrofourniture
Bayer CropScience réaffirme sa stratégie semences en France

Plus connue pour la vente de ses produits phytosanitaires en Europe, la société Bayer est en passe d’enregistrer sa première variété de colza inscrite au catalogue français.

« Nous aurons peut-être une variété de colza inscrite dès cet été, espère Bruno Tremblay, directeur général adjoint de Bayer CropScience. Mais alors, nous ne pourrons mettre en place qu’une campagne de précommercialisation de notre obtention. » La sacherie bleu et verte de semences est déjà prête.


BLÉS HYBRIDES À VENIR


À coup sûr, Bayer entrera de plain-pied sur le marché du colza en France pour les semis 2013, avec des variétés hybrides de technologie Ogu Inra et issues d’une collaboration avec l’entreprise allemande Raps. Bayer investit massivement dans la recherche sur le blé tendre. La société a signé en juin 2011 un accord de licence et de coopération avec RAGT Semences qui lui permet d’accéder au matériel génétique de blé d’hiver du semencier français et aux marqueurs moléculaires associés.


En décembre, le groupe a implanté une station de sélection à Gatersleben en Allemagne, avant une autre station prévue en France, cette fois-ci, qui pourrait naître d’ici la fin de l’année. « Il s’agit d’investissement de long terme, prévient Bruno Tremblay. Nous ambitionnons d’entrer sur le marché du blé dans les six ans qui viennent en France. Nous tablons sur un développement véritable de nos variétés pas avant dix ans, avec des blés hybrides pour lesquels nous testons des techniques d’hybridation tous azimuts. Sur le blé, colza ou encore le soja, Bayer veut être un acteur majeur sur la mise en marché des variétés. Mais pas sur le maïs pour l’instant. » Les ambitions de Bayer ont leurs limites.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures