Aller au contenu principal

Réussir Grandes Cultures : le média des céréaliers

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Agrofourniture
BASF fait sa mue

BASF s’adapte au virage de l’agroécologie avec son offre produit provenant, entre autres, de nouvelles activités acquises chez Bayer.

L'agriculture de précision est l'un des domaines où BASF investit fortement.
© BASF

L’année 2018 a été à marquer d’une pierre blanche pour BASF. « Le fait marquant est l’intégration de nouvelles activités en semences et en agriculture de précision provenant de Bayer. Avec un coût de la transaction de 7,6 milliards d’euros, c’est la plus grosse acquisition que BASF n’a jamais faite, souligne Nicolas Kerfant, directeur de BASF Agro en France. Le chiffre d’affaires de ces activités (semences) correspond à 2 milliards d’euros, dont seulement 5 % en Europe (ndlr : du temps de Bayer). L’investissement en recherche et développement a augmenté considérablement également, passant de 500 millions d’euros à 900 millions d’euros. »

De fortes ambitions sur les outils d’agriculture de précision

Sur les semences, BASF a récupéré la recherche Bayer sur les blés hybrides qui devrait déboucher sur des variétés dans les cinq ans à venir. Les activités semences en colza et soja reprises également concernent le continent américain. La société allemande a repris l’entité Xarvio (une start-up à l’origine) mettant au point de multiples outils d’agriculture de précision. Pas moins de 150 personnes travaillent pour Xarvio à travers le monde. Les ambitions sont fortes sur ce secteur avec un investissement de 200 millions d’euros jusque 2020 et un lancement commercial de l’offre Xarvio avec les distributeurs cette même année. Sur les ventes de produits phyto en France qui reste la spécialité de BASF Agro, sa part de marché a été de 17,7 % en 2018, en légère baisse depuis quelques années (20,3 % en 2014). Avec ses nouvelles acquisitions et le reste de ses produits, BASF engage un virage pour adapter son offre aux exigences de l’agroécologie.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Infestation de vulpin dans un semis très précoce
Semis très précoces en blé  : peser tous les risques
Pour faire face à des impasses agronomiques, le semis très précoce peut séduire. S’il constitue une stratégie d’évitement…
Rodolphe Lormelet, agriculteur à Versainville. "Les jachères mises en place pour favoriser la biodiversité sont bien perçues des chasseurs, des riverains..." © L'agriculteur normand
Environnement/PAC : des jachères SIE pour une biodiversité utile en agriculture
Des jachères dites « mellifères » ont été conçues pour alimenter les insectes pollinisateurs avec des avantages en termes de…
Du fait d'une approche purement quantitative et non qualitative, le système des SIE pousse les agriculteurs à respecter la réglementation a minima. © C. Gloria
Haies, couverts, jachères... : les principales infrastructures reconnues comme surfaces d'intérêt écologique en grandes cultures
La France a opté pour un large choix d’éléments autorisés au titre des surfaces d’intérêt écologique. Ce « catalogue »  inclut…
Avec des blés semés tard et des variétés tolérantes aux maladies, le premier traitement fongicide est souvent retardé au stade "dernière feuille étalée". © L. Vimond
Fongicides céréales : Protéger ses blés des maladies pour moins de 20 euros
Les semis tardifs et le recours à des variétés de blé tolérantes aux maladies autorisent une protection fongicide efficace à…
L'ambroisie se développe fortement dans le Sud-Ouest en plus d'être déjà bien installé dans la vallée du Rhône. © G. Omnès
Désherbage : empêcher datura et ambroisie d'empoisonner le maïs
Dans certaines régions, il faut compter dorénavant sur les infestations de datura et d’ambroisie en cultures d’été. Le maïs…
Après vingt ans de non-labour, François-Xavier Déchamps a opté pour une charrue déchaumeuse pour faire face aux graminées résistantes et à la fin annoncée du glyphosate. © G. Omnès
Charrue déchaumeuse : le bon compromis agronomique grâce au labour à faible profondeur
Efficiente dans la gestion des adventices grâce au retournement du sol, mais tout en conservant la matière organique dans les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures