Aller au contenu principal

Baisse dangereuse des stocks européens de semences de maïs

Face à une baisse de production de semences de maïs et une hausse des besoins sur l’UE, certains créneaux de précocités risquent de ne pas être suffisamment approvisionnés.

Les pluies et le froid du printemps 2013 ont mis à mal le maïs, en particulier la production des semences. « Nous n’avons atteint que 80 à 85 % de nos objectifs de production. Nous avions un rendement moyen de 3,4 tonnes/hectare de semences certifiées en 2012. Il se situe entre 2,8 et 2,9 tonnes/hectare en 2013, précise Luc Esprit. Le directeur de la FNPSMS(1) prévient : « L’offre de semences sera limitée dans l’Union européenne pour les prochains semis. Le stock en dose de semences de maïs est très faible. Nous tablons toujours sur un ratio stock sur utilisations en UE(2) de 50 %. Or, les prévisions pour 2014 seraient plutôt aux alentours de 30 à 35 %. »


Reports de choix variétaux


Pourtant, la France et d’autres pays de l’UE avaient anticipé la progression du maïs en Europe et l’augmentation des besoins en semences. Les surfaces de multiplication ont été augmentées de 14 % en un an pour les porter à 188 000 hectares en 2013 avec trois principaux acteurs, la France avec 77 500 hectares, la Hongrie (38 000 ha) et la Roumanie (33 500 ha). Las ! La Hongrie et la France ont été touchées durement par les aléas climatiques. Les stocks de semences n’ont été que partiellement reconstitués. Pour autant, Luc Esprit tient à rassurer : « Nous n’en sommes pas à parler de pénuries pour les prochains semis. Tous les maïsiculteurs auront des semences mais pour certains créneaux de précocité, il y aura des volumes moindres. Dans certains cas, il faudra reporter les choix variétaux sur d’autres indices de précocités. D’autre part, il y aura plus de semences importées de pays où elles sont produites à contre saison (Chili, Argentine…) qu’en année normale tout en ne jouant pas cette carte à fond à cause du risque de présence d’OGM. » En 2014, un programme de multiplication de semences de maïs sera reconduit dans l’UE sur les niveaux de surfaces proches de 2013.

Colère contre Bruxelles


Dans ce contexte, la décision de la Commission européenne de mettre en place un moratoire sur l’usage d’insecticides néonicotinoïdes à partir du 1er décembre 2013 tombe au plus mal. Les stocks de semences enrobées de Cruiser représentent 350 000 doses, soit 200 000 hectares semés. « Ce volume serait bien utile dans une année aussi tendue, souligne Luc Esprit. Il n’est même pas possible de les exporter dans les pays tiers car les variétés ne figurent pas à leur catalogue. Nous n’avons pas d’autre solution que de les détruire et de payer. Cela représente 30 à 35 millions d’euros ! » La filière demande un report de six mois pour écouler les stocks. p


(1) Fédération nationale de la production de semences de maïs et de sorgho.
(2) Utilisations qui intègrent aussi les exportations vers pays tiers (Russie, Ukraine…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures