Aller au contenu principal

Baisse dangereuse des stocks européens de semences de maïs

Face à une baisse de production de semences de maïs et une hausse des besoins sur l’UE, certains créneaux de précocités risquent de ne pas être suffisamment approvisionnés.

Les pluies et le froid du printemps 2013 ont mis à mal le maïs, en particulier la production des semences. « Nous n’avons atteint que 80 à 85 % de nos objectifs de production. Nous avions un rendement moyen de 3,4 tonnes/hectare de semences certifiées en 2012. Il se situe entre 2,8 et 2,9 tonnes/hectare en 2013, précise Luc Esprit. Le directeur de la FNPSMS(1) prévient : « L’offre de semences sera limitée dans l’Union européenne pour les prochains semis. Le stock en dose de semences de maïs est très faible. Nous tablons toujours sur un ratio stock sur utilisations en UE(2) de 50 %. Or, les prévisions pour 2014 seraient plutôt aux alentours de 30 à 35 %. »


Reports de choix variétaux


Pourtant, la France et d’autres pays de l’UE avaient anticipé la progression du maïs en Europe et l’augmentation des besoins en semences. Les surfaces de multiplication ont été augmentées de 14 % en un an pour les porter à 188 000 hectares en 2013 avec trois principaux acteurs, la France avec 77 500 hectares, la Hongrie (38 000 ha) et la Roumanie (33 500 ha). Las ! La Hongrie et la France ont été touchées durement par les aléas climatiques. Les stocks de semences n’ont été que partiellement reconstitués. Pour autant, Luc Esprit tient à rassurer : « Nous n’en sommes pas à parler de pénuries pour les prochains semis. Tous les maïsiculteurs auront des semences mais pour certains créneaux de précocité, il y aura des volumes moindres. Dans certains cas, il faudra reporter les choix variétaux sur d’autres indices de précocités. D’autre part, il y aura plus de semences importées de pays où elles sont produites à contre saison (Chili, Argentine…) qu’en année normale tout en ne jouant pas cette carte à fond à cause du risque de présence d’OGM. » En 2014, un programme de multiplication de semences de maïs sera reconduit dans l’UE sur les niveaux de surfaces proches de 2013.

Colère contre Bruxelles


Dans ce contexte, la décision de la Commission européenne de mettre en place un moratoire sur l’usage d’insecticides néonicotinoïdes à partir du 1er décembre 2013 tombe au plus mal. Les stocks de semences enrobées de Cruiser représentent 350 000 doses, soit 200 000 hectares semés. « Ce volume serait bien utile dans une année aussi tendue, souligne Luc Esprit. Il n’est même pas possible de les exporter dans les pays tiers car les variétés ne figurent pas à leur catalogue. Nous n’avons pas d’autre solution que de les détruire et de payer. Cela représente 30 à 35 millions d’euros ! » La filière demande un report de six mois pour écouler les stocks. p


(1) Fédération nationale de la production de semences de maïs et de sorgho.
(2) Utilisations qui intègrent aussi les exportations vers pays tiers (Russie, Ukraine…).

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Combiné à d'autres leviers, les techniques de travail du sol simplifié permettent aux producteurs de colza et de tournesol de bénéficier d'un bonus substantiel. © Orthman
Bas carbone : des efforts désormais valorisés en grandes cultures
Colza, tournesol, orge, maïs : les filières végétales se lancent sur le marché du carbone pour générer de la valeur ajoutée. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures