Aller au contenu principal

Agriculture et sécheresse
Avis contrastés sur la création de nouvelles retenues

Le rapport d´expertise scientifique collective (1) intitulé « Réduire la vulnérabilité de l´agriculture à un risque accru de manque d´eau » décrit des situations où la création de retenues d´eau peut être envisageable. Sous conditions.


La question de la pertinence de la création de retenues artificielles d´eau est évoquée dans le rapport d´expertise scientifique collective mais sans que l´Inra n´apporte d´avis tranché. Elle est confrontée à une autre stratégie, celle basée sur des systèmes de cultures plus économes en eau. Deux cas sont présentés.
En Midi-Pyrénées, la monoculture de maïs irrigué est déficitaire en terme de reconstitution de réserve hydrique (on pompe sur les réserves plus qu´on ne restitue d´eau). C´est une stratégie non durable. Il y a deux réponses : soit associer aux surfaces de maïs irrigué des parcelles avec des cultures se contentant simplement des eaux de pluies (système de culture pluvial) soit chercher l´eau d´irrigation dans des ressources hydriques exogènes (retenues). L´AGPM appelle de tous ses voeux la création de telles ressources artificielles.

Autre région étudiée, le Poitou-Charentes. « C´est la région qui restitue le plus d´eau au milieu (200 à 350 mm en moyenne), et pourtant, c´est celle où se pose de manière la plus cruciale le problème de gestion quantitative des ressources en eau. L´absence d´aquifères capables de stocker les eaux excédentaires provenant des pluies est un obstacle à une politique d´extension de l´irrigation. Il n´est pas déraisonnable de penser qu´une politique favorisant un stockage d´une partie de ces eaux `de passage´ pourrait être compatible avec une politique de gestion durable de la ressource. Mais l´ensemble des conséquences environnementales liées à la construction de tels ouvrages doit être pris en considération », conclut l´expertise.
Les retenues d´eau artificielles peuvent apporter une solution face aux risques de sécheresse. ©B. Griffoul

Éviter la politique du toujours plus
L´augmentation de la ressource par les barrages fait l´objet d´une étude parallèle demandée par le ministère de l´Agriculture (2). Quant à la création de retenues collinaires, l´augmentation de l´offre en eau pour répondre aux risques de sécheresse peut s´accompagner d´une hausse de la demande reportant le problème à la prochaine sécheresse. Une politique du « toujours plus » qui doit être évitée.


(1) Expertise pilotée par l´Inra avec la contribution d´experts des CNRS, Cemagref, Universités, écoles d´agronomie, instituts techniques. Téléchargeable sur le site www.inra.fr

(2) Rapport du Conseil général de l´agriculture, de l´alimentation et des espaces ruraux (CGAAER) en cours de réalisation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures