Aller au contenu principal
Font Size

Phytos
Avant-dernier round dans la séparation du conseil et de la vente

Le projet d’ordonnance présenté début février renforce la séparation capitalistique des entreprises mais allège les obligations de l’agriculteur.

Le projet d'ordonnance ne prévoit pas d'obligation concernant le conseil en cours de campagne.
© S. Leitenberger

Un risque de « désorganisation brutale de l’écosystème du conseil en France », « une contradiction totale entre le principe des CEPP (Certificats d’économie de produits phytosanitaires) et la séparation capitalistique »… Le président de Coop de France Métiers du grain, Christian Pées, a mal reçu le projet d’ordonnance sur la séparation du conseil et de la vente diffusé début février par le ministère de l’Agriculture, c’est le moins que l’on puisse dire. Il n’était pas le seul : la FNA (négoce agricole) a elle aussi freiné des quatre fers.

Pas plus de 10 % de participations croisées

Cette dernière version soumise à consultation publique en février pose clairement les règles de la séparation capitalistique entre les activités de vente et de conseil en phytos : pas plus de 10 % de participations croisées entre des sociétés aux activités différentes, le cumul des participations ne pouvant dépasser 32 %. Et sauf exception, le texte interdit qu’un membre de la gouvernance (conseil de surveillance, d’administration ou de direction) puisse avoir le même type de rôle dans une société ayant l’autre activité. Autre point d’achoppement : la prise d’effet du texte au 1er janvier 2021, un délai qui n’est « pas tenable » pour Coop de France, compte tenu des changements à opérer.

Les obligations faites aux agriculteurs sont toutefois assouplies par rapport aux versions précédentes : deux conseils « stratégiques » écrits seront exigés sur une période de cinq ans (contre un par an auparavant), des justificatifs de délivrance étant à présenter pour le renouvellement du Certiphyto. Les exploitations en bio ou HVE (Haute valeur environnementale) en seront exemptées. Aucune obligation n’est faite aux agriculteurs concernant les conseils opérationnels en cours de campagne. Le gouvernement a jusqu’au 30 avril pour publier cette ordonnance.

CEPP : pas de pénalités

Même si les professionnels estiment le dispositif des CEPP incohérent en l’absence de lien entre conseil et vente de produits, celui-ci est maintenu. Toutefois, le ministère supprime les pénalités en cas de certificats manquants et transforme l’obligation de résultats en obligation de moyens. La certification des entreprises concernées tiendra compte des moyens mis en œuvre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures