Aller au contenu principal

Phytos
Avant-dernier round dans la séparation du conseil et de la vente

Le projet d’ordonnance présenté début février renforce la séparation capitalistique des entreprises mais allège les obligations de l’agriculteur.

Le projet d'ordonnance ne prévoit pas d'obligation concernant le conseil en cours de campagne.
© S. Leitenberger

Un risque de « désorganisation brutale de l’écosystème du conseil en France », « une contradiction totale entre le principe des CEPP (Certificats d’économie de produits phytosanitaires) et la séparation capitalistique »… Le président de Coop de France Métiers du grain, Christian Pées, a mal reçu le projet d’ordonnance sur la séparation du conseil et de la vente diffusé début février par le ministère de l’Agriculture, c’est le moins que l’on puisse dire. Il n’était pas le seul : la FNA (négoce agricole) a elle aussi freiné des quatre fers.

Pas plus de 10 % de participations croisées

Cette dernière version soumise à consultation publique en février pose clairement les règles de la séparation capitalistique entre les activités de vente et de conseil en phytos : pas plus de 10 % de participations croisées entre des sociétés aux activités différentes, le cumul des participations ne pouvant dépasser 32 %. Et sauf exception, le texte interdit qu’un membre de la gouvernance (conseil de surveillance, d’administration ou de direction) puisse avoir le même type de rôle dans une société ayant l’autre activité. Autre point d’achoppement : la prise d’effet du texte au 1er janvier 2021, un délai qui n’est « pas tenable » pour Coop de France, compte tenu des changements à opérer.

Les obligations faites aux agriculteurs sont toutefois assouplies par rapport aux versions précédentes : deux conseils « stratégiques » écrits seront exigés sur une période de cinq ans (contre un par an auparavant), des justificatifs de délivrance étant à présenter pour le renouvellement du Certiphyto. Les exploitations en bio ou HVE (Haute valeur environnementale) en seront exemptées. Aucune obligation n’est faite aux agriculteurs concernant les conseils opérationnels en cours de campagne. Le gouvernement a jusqu’au 30 avril pour publier cette ordonnance.

CEPP : pas de pénalités

Même si les professionnels estiment le dispositif des CEPP incohérent en l’absence de lien entre conseil et vente de produits, celui-ci est maintenu. Toutefois, le ministère supprime les pénalités en cas de certificats manquants et transforme l’obligation de résultats en obligation de moyens. La certification des entreprises concernées tiendra compte des moyens mis en œuvre.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Apport de solution azotée sur colza. Pour limiter le stress des cultures, mieux vaut suspendre les interventions. © Gutner archives
Retour des gelées : 5 points à connaître pour préserver les cultures et le matériel
Il est urgent de stopper vos interventions en plaine : un épisode de froid s’amorce dans une grande moitié nord de la France, qui…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
 © Réussir
Les céréales françaises sur le podium européen en 4 graphiques
Les céréales tricolores conservent une place dominante en Europe, malgré les fluctuations liées aux variations de production et à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures