Aller au contenu principal

A l´étranger
Au Danemark, la chasse aux pesticides dure depuis vingt ans

Taxation élevée, retrait de produits, formation et aide des agriculteurs, contrôle des pratiques. Depuis 1986, le gouvernement danois a mis en place des plans d´action pour réduire l´usage des produits de traitement.


Ses objectifs sont ambitieux. Divers produits ont été retirés du marché danois suite à la réévaluation sur le plan européen des diverses matières actives (directive 91/414/CE). Mais le Danemark est allé au-delà en interdisant des produits pourtant approuvés au niveau européen (inscription en annexe i, liste positive). Exit des herbicides comme l´isoproturon et le paraquat, des insecticides comme l´iprodione ou la deltaméthrine ou encore des fongicides.
Per Kudsk de l´Institut danois des sciences agricoles : « En incitant à diminuer l´usage des pesticides, nous avons généré une augmentation du revenu des agriculteurs. » ©C. Gloria

Diminution des traitements
Ces produits étaient jugés trop dangereux pour l´environnement. Des anciens produits aux doses à l´hectare élevées ont été remplacés par des spécialités plus récentes à la dose d´utilisation réduite. En tonnage de ventes, on est passé de 7 000 tonnes de produits (rapportés aux matières actives) au début des années 80 à 3 000 tonnes en 1999.
Le Danemark a aussi mis en place une mesure pour diminuer le nombre de traitements. Des objectifs ont été exprimés en termes de « Treatment frequency index » (TFI), à savoir le nombre de doses homologuées appliquées en moyenne par hectare. Ce TFI qui excédait trois dans les années 90 est tombé à 2,1 de 2000 à 2003.

Baisse de qualité du blé
« Des efforts importants ont été portés sur les conseils agricoles aux producteurs pour orienter leurs pratiques vers un raisonnement poussé des traitements. Un autre moyen a été de convertir des surfaces de production conventionnelle en agriculture biologique », explique Per Kudsk, chercheur en protection intégrée des cultures à l´Institut danois des sciences agricoles. Si l´objectif environnemental est en partie atteint, on peut s´interroger sur les répercussions économiques pour l´agriculture danoise des mesures contre les pesticides. « Avec la diminution du marché des produits phytosanitaires au Danemark, les sociétés agrochimiques se sont désintéressées de ce pays, en renonçant par exemple à y faire homologuer des produits innovants, interprète l´AGPB dans une étude du cas danois. Les agriculteurs ont un accès limité aux moyens de lutte évolués. D´autre part, avec la baisse de fertilisation, la production de blé est passée d´une qualité meunière à des productions ne servant plus qu´à l´alimentation du bétail. Le Danemark doit importer 80 % de ce qu´il lui faut pour sa production de pain ».
L´AGPB remarque également une remontée du TFI après 2003 qui atteint 2,3 au printemps 2006. « Ce regain a été provoqué par le développement de résistances aux produits des parasites », selon l´AGPB. Per Kudsk y voit plutôt « les conséquences de l´agrandissement des exploitations agricoles se traduisant par des pratiques de production plus intensives. L´utilisation des pesticides reste indispensable », ajoute-t-il.
Plus du tiers du prix dans les taxes
Une taxation a été mise en oeuvre en proportion de la toxicité des produits. Le niveau de taxation n´est en rien comparable à ce qui existe en France puisqu´il s´élève (en 2005) à 34 % du prix de vente des herbicides et fongicides et 54 % de celui des insecticides. Cette manne pécuniaire sert à financer les activités visant à réduire l´usage des pesticides dont plus de 80 % vont à des aides aux producteurs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures