Aller au contenu principal

A l´étranger
Au Danemark, la chasse aux pesticides dure depuis vingt ans

Taxation élevée, retrait de produits, formation et aide des agriculteurs, contrôle des pratiques. Depuis 1986, le gouvernement danois a mis en place des plans d´action pour réduire l´usage des produits de traitement.


Ses objectifs sont ambitieux. Divers produits ont été retirés du marché danois suite à la réévaluation sur le plan européen des diverses matières actives (directive 91/414/CE). Mais le Danemark est allé au-delà en interdisant des produits pourtant approuvés au niveau européen (inscription en annexe i, liste positive). Exit des herbicides comme l´isoproturon et le paraquat, des insecticides comme l´iprodione ou la deltaméthrine ou encore des fongicides.
Per Kudsk de l´Institut danois des sciences agricoles : « En incitant à diminuer l´usage des pesticides, nous avons généré une augmentation du revenu des agriculteurs. » ©C. Gloria

Diminution des traitements
Ces produits étaient jugés trop dangereux pour l´environnement. Des anciens produits aux doses à l´hectare élevées ont été remplacés par des spécialités plus récentes à la dose d´utilisation réduite. En tonnage de ventes, on est passé de 7 000 tonnes de produits (rapportés aux matières actives) au début des années 80 à 3 000 tonnes en 1999.
Le Danemark a aussi mis en place une mesure pour diminuer le nombre de traitements. Des objectifs ont été exprimés en termes de « Treatment frequency index » (TFI), à savoir le nombre de doses homologuées appliquées en moyenne par hectare. Ce TFI qui excédait trois dans les années 90 est tombé à 2,1 de 2000 à 2003.

Baisse de qualité du blé
« Des efforts importants ont été portés sur les conseils agricoles aux producteurs pour orienter leurs pratiques vers un raisonnement poussé des traitements. Un autre moyen a été de convertir des surfaces de production conventionnelle en agriculture biologique », explique Per Kudsk, chercheur en protection intégrée des cultures à l´Institut danois des sciences agricoles. Si l´objectif environnemental est en partie atteint, on peut s´interroger sur les répercussions économiques pour l´agriculture danoise des mesures contre les pesticides. « Avec la diminution du marché des produits phytosanitaires au Danemark, les sociétés agrochimiques se sont désintéressées de ce pays, en renonçant par exemple à y faire homologuer des produits innovants, interprète l´AGPB dans une étude du cas danois. Les agriculteurs ont un accès limité aux moyens de lutte évolués. D´autre part, avec la baisse de fertilisation, la production de blé est passée d´une qualité meunière à des productions ne servant plus qu´à l´alimentation du bétail. Le Danemark doit importer 80 % de ce qu´il lui faut pour sa production de pain ».
L´AGPB remarque également une remontée du TFI après 2003 qui atteint 2,3 au printemps 2006. « Ce regain a été provoqué par le développement de résistances aux produits des parasites », selon l´AGPB. Per Kudsk y voit plutôt « les conséquences de l´agrandissement des exploitations agricoles se traduisant par des pratiques de production plus intensives. L´utilisation des pesticides reste indispensable », ajoute-t-il.
Plus du tiers du prix dans les taxes
Une taxation a été mise en oeuvre en proportion de la toxicité des produits. Le niveau de taxation n´est en rien comparable à ce qui existe en France puisqu´il s´élève (en 2005) à 34 % du prix de vente des herbicides et fongicides et 54 % de celui des insecticides. Cette manne pécuniaire sert à financer les activités visant à réduire l´usage des pesticides dont plus de 80 % vont à des aides aux producteurs.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures