Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Circulation des tracteurs et outils
Attention au respect des limitations de vitesse et de charge

L’écart se creuse entre les normes de circulation et les capacités des engins proposés par les constructeurs.

Les lourds ensembles portés atteignent parfois les limites de charge admissible par le tracteur.
© Kuhn

Depuis le 1er janvier et la mise en application du règlement européen 167/2013 (baptisé également Mother Regulation) régissant l’homologation des tracteurs et véhicules remorqués, bon nombre de tracteurs neufs sont capables d’atteindre 50, voire 60 km/h. Un tractoriste comme Fendt confirme ne vendre, sur le marché français depuis le début de l’année, quasiment plus de modèles 40 km/h passée une certaine puissance. Cette évolution pose question à plusieurs titres. Tout d’abord, le Code de la route impose de ne pas dépasser les 40 km/h avec un ensemble agricole. Cette limite tombe même à 25 km/h avec la majorité des ensembles tracteur-remorque, les ventes de remorques homologuées à 40 km/h étant restées très minoritaires en France. Si évoluer à 40 km/h avec une remorque conçue pour rouler à 25 km/h, comme le font la plupart des utilisateurs, augmente le risque d’accident, passer à 50 km/h, c’est risquer la catastrophe. Il devient plus qu’urgent que le Code de la route prévoit cette possibilité de rouler à plus de 40 km/h, moyennant la mise en place d’une formation spécifique des conducteurs, d’un contrôle technique et d’une définition de la fiscalité du carburant (blanc ou rouge), comme le font certains de nos voisins européens. Si cela aboutit, le surcoût réglementaire imposé risque d’en décourager plus d’un. Sans compter l’usure des pneus et des freins, générée par l’augmentation de la vitesse.

Des gros tracteurs bridés par le PTAC et le PTRA

Second critère de risque qui va de pair avec la vitesse, la charge maximale autorisée sur route est trop souvent négligée. Avec la progression des capacités de relevage, les tracteurs sont capables de soulever de lourds outils portés, à condition de lester généreusement le relevage avant, suivant les gabarits. Malheureusement, les limites de PTAC (Poids total autorisé en charge) sont quasiment impossibles à respecter avec certains gros modèles, dont la charge utile n’excède guère les 5 tonnes. Attention également au PTRA (Poids total roulant autorisé) des tracteurs lourds. Avec des tracteurs dont le poids à vide dépasse largement les 8 tonnes, il devient intéressant d’opter pour un modèle affichant un PTRA de 44 tonnes, au lieu de 40. La charge utile de la remorque en sera moins impactée. En revanche, avec un tracteur de moins de 8 tonnes, le 44 tonnes est désavantageux car la réglementation de PTRA impose une charge limitée à 27 tonnes sur le tridem de la remorque, alors qu’il est possible de monter à 29 tonnes avec un PTRA de 40 tonnes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Un impact du gel plus important que prévu sur colza
Le vent de Nord-Est qui a soufflé pendant plusieurs jours la semaine dernière a aggravé les effets des températures négatives sur…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures