Aller au contenu principal

Atteindre le seuil qui rendra le biocontrôle irréversible

L’IBMA(1) pointe du doigt divers freins au développement du biocontrôle. L’objectif reste d’atteindre dans six ans le cap irréversible des 15 % du marché des produits phyto.

Les solutions de biocontrôle peinent à décoller en s’établissant à 5 % du marché des produits de protection des plantes. « L’objectif est d’atteindre les 15 % en 2025 et, à ce niveau, cela signifiera que le développement du biocontrôle sera devenu irréversible et que les sociétés verront l’intérêt de rentrer dans une phase d’innovation sur ces produits, a exprimé Antoine Meyer, président d’IBMA France, lors d’un colloque consacré au biocontrôle fin janvier. C’est la raison pour laquelle nous demandons un crédit impôt recherche pendant dix ans, majoré à 60 %. Cela permettrait de passer pour nos entreprises de 17 millions d’euros à 100 millions d’euros d’investissements annuels sur le biocontrôle. » Patrice Dehaumont, directeur de la DGAL au ministère de l’Agriculture, s’est montré favorable à ce principe afin de booster l’innovation et la recherche en France. « Le sujet sera débattu prochainement mais la mise en œuvre pourrait rencontrer des difficultés… », a-t-il précisé. Antoine Meyer constate que s’il y a beaucoup de chercheurs du domaine public travaillant sur le biocontrôle, la recherche privée est quasi inexistante en Europe dans ce domaine et que nombre de multinationales mettent au point leurs innovations ailleurs dans le monde : États-Unis, Brésil, Inde… Réglementaires ou techniques, de multiples autres freins existent sur le développement du biocontrôle en France selon l’IBMA.

Les agriculteurs veulent être conseillés

Une enquête menée auprès de 542 agriculteurs pour le compte de l’IBMA montre que le biocontrôle souffre d’un manque de notoriété. « Un agriculteur sur quatre n’a jamais entendu parler du biocontrôle, présente Denis Longevialle, secrétaire général d’IBMA France. En grandes cultures, un tiers des agriculteurs utilise ce type de solution. 70 % des agriculteurs interrogés ressentent le besoin d’être accompagné et formé sur l’utilisation de ces solutions mais 39 % avouent ne s’être jamais vus proposer de produit de biocontrôle par leur fournisseur principal. » Pour Denis Longevialle, le conseiller technique est essentiel dans le déploiement des solutions de biocontrôle.

(1) International biocontrol manufacturers association.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Glyphosate : l’Anses entérine l'interdiction en labour et des réductions de doses en non-labour
Les restrictions d’usage du glyphosate annoncées par l’Anses concernent toutes les productions agricoles mais impactent peu les…
Aides PAC / Grandes cultures : versements anticipés sur les comptes courants dès le 16 octobre
70 % des aides Pac viennent d’être versées sur les comptes des exploitations de grandes cultures. Un ratio majoré cette année. En…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Thierry Gaillard, Michaël Bonnevie et Emmanuel Vigier font partie du groupe de huit agriculteurs qui portent à bout de bras un projet de méthaniseur dans le Cher. L'introduction des Cive dans la rotation sera un atout pour sortir des impasses techniques actuelles. © G. Omnès
Énergies renouvelables : un projet de méthanisation pour pérenniser des fermes en zone intermédiaire
Huit agriculteurs du Cher se sont lancés dans un projet de méthanisation afin de sécuriser l’avenir de leurs fermes à la…
En plus d'être une bonne candidate pour la méthanisation et de résister aux aléas climatiques, la silphie produit des fleurs jaunes attractives pour les abeilles. © C. Gloria
La silphie, une culture fourragère offrant de nombreux atouts pour la méthanisation
Dans les plantes alimentant les méthaniseurs, je demande… la silphie. Cette espèce originaire d’Amérique du Nord commence à être…
récolte de colza
Colza : l'inquiétante chute des surfaces se poursuit en 2020
Insectes hors de contrôle, sécheresse au semis… le colza est confronté à des conditions hostiles qui mettent à mal son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures