Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Atteindre le seuil qui rendra le biocontrôle irréversible

L’IBMA(1) pointe du doigt divers freins au développement du biocontrôle. L’objectif reste d’atteindre dans six ans le cap irréversible des 15 % du marché des produits phyto.

Les solutions de biocontrôle peinent à décoller en s’établissant à 5 % du marché des produits de protection des plantes. « L’objectif est d’atteindre les 15 % en 2025 et, à ce niveau, cela signifiera que le développement du biocontrôle sera devenu irréversible et que les sociétés verront l’intérêt de rentrer dans une phase d’innovation sur ces produits, a exprimé Antoine Meyer, président d’IBMA France, lors d’un colloque consacré au biocontrôle fin janvier. C’est la raison pour laquelle nous demandons un crédit impôt recherche pendant dix ans, majoré à 60 %. Cela permettrait de passer pour nos entreprises de 17 millions d’euros à 100 millions d’euros d’investissements annuels sur le biocontrôle. » Patrice Dehaumont, directeur de la DGAL au ministère de l’Agriculture, s’est montré favorable à ce principe afin de booster l’innovation et la recherche en France. « Le sujet sera débattu prochainement mais la mise en œuvre pourrait rencontrer des difficultés… », a-t-il précisé. Antoine Meyer constate que s’il y a beaucoup de chercheurs du domaine public travaillant sur le biocontrôle, la recherche privée est quasi inexistante en Europe dans ce domaine et que nombre de multinationales mettent au point leurs innovations ailleurs dans le monde : États-Unis, Brésil, Inde… Réglementaires ou techniques, de multiples autres freins existent sur le développement du biocontrôle en France selon l’IBMA.

Les agriculteurs veulent être conseillés

Une enquête menée auprès de 542 agriculteurs pour le compte de l’IBMA montre que le biocontrôle souffre d’un manque de notoriété. « Un agriculteur sur quatre n’a jamais entendu parler du biocontrôle, présente Denis Longevialle, secrétaire général d’IBMA France. En grandes cultures, un tiers des agriculteurs utilise ce type de solution. 70 % des agriculteurs interrogés ressentent le besoin d’être accompagné et formé sur l’utilisation de ces solutions mais 39 % avouent ne s’être jamais vus proposer de produit de biocontrôle par leur fournisseur principal. » Pour Denis Longevialle, le conseiller technique est essentiel dans le déploiement des solutions de biocontrôle.

(1) International biocontrol manufacturers association.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
 © V. Marmuse / CAIA
Météo : les cultures seront-elles confrontées à un été chaud ou très chaud ?
Les prévisions trimestrielles de Météo France tablent sur un été plus chaud que la normale. D’autres prévoient un été moins chaud…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Stratégie « de la ferme à la table » : Bruxelles place la barre environnementale haut
Un quart de la surface européenne en bio, baisse de 50 % de l’usage des phytos et de 20 % de l’utilisation d’engrais… Dans la…
Les céréales n'aiment pas beaucoup les excès d'eau, en particulier les orges. © C. Baudart
En grandes cultures, les excès de pluies hivernales bousculent les assolements
Les niveaux de pluviométrie de l’hiver, largement supérieurs à la normale, modifient la physionomie de la plaine : semis de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures