Aller au contenu principal

Assurances sur mesure en pommes de terre

L’UNPT va proposer à ses adhérents de souscrire à des assurances indicielles.

Avec les assurances indicielles, il devient possible de se couvrir contre un risque de gel sur quelques jours critiques.
© J.-C. Gutner

C’est la première fois qu’une organisation de producteurs co-construit avec une structure un outil de sécurisation des risques », a expliqué Arnaud Delacour, président de l’UNPT (Union nationale des producteurs de pommes de terre) en conférence de presse le 11 mai à Paris. En l’occurrence, le syndicat a mis au point avec la société de courtage en assurance Météo Protect un panel d’assurances indicielles pour la production de pommes de terre(1). L'offre sera disponible via une plateforme dont l’accès sera conditionné à l’adhésion au syndicat. Ce système à la carte donne la possibilité à l’agriculteur d’assurer tout ou partie de ses cultures sur une période donnée pour un risque bien précis, tel, par exemple, du gel, un déficit ou un excès de précipitation. 

Pas d’expert pour évaluer les dégâts

La particularité de ces assurances réside dans le fait que l’indemnisation ne dépend pas des dégâts réellement survenus sur la ferme. « Le système repose sur des données mesurées par un tiers dans lequel tout le monde a confiance, Météo France », indique Gabriel Gross, président de Météo Protect. Le sinistre est établi lorsque les données recueillies montrent que les seuils préalablement définis dans le contrat ont été franchis. « Il n’y a pas d’expert qui vient visiter le client, le processus est objectif et le coût de traitement très compétitif, cela rassure le client et accélère le traitement des dossiers », estime Gabriel Gross. Le contrat peut être souscrit jusqu’à 15 jours avant son démarrage. Le montant hectare de la prime dépend du risque et de la période assurés.

Avec cet outil, l’UNPT compte répondre aux préoccupations très diverses de ses adhérents. Pour cette année, l’offre arrive tard dans la campagne. « Si nous avons 6 à 10 % des surfaces couvertes, ce sera un bon résultat », a précisé Arnaud Delacour.

(1) Pour en savoir plus sur le principe de ces assurances, voir notre numéro 308, décembre 2016, pages 32 et 33.

Un complément aux assurances classiques

« La solution Météo Protect n’est pas en concurrence avec les grands assureurs institutionnels, davantage positionnés sur les coups durs », a expliqué Alain Dequeker, secrétaire général de l'UNPT. Le syndicat conçoit son offre comme complémentaire des assurances traditionnelles type grêle, non couverte, d’ailleurs, par la plateforme.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures