Aller au contenu principal

Assurances sur mesure en pommes de terre

L’UNPT va proposer à ses adhérents de souscrire à des assurances indicielles.

Avec les assurances indicielles, il devient possible de se couvrir contre un risque de gel sur quelques jours critiques.
© J.-C. Gutner

C’est la première fois qu’une organisation de producteurs co-construit avec une structure un outil de sécurisation des risques », a expliqué Arnaud Delacour, président de l’UNPT (Union nationale des producteurs de pommes de terre) en conférence de presse le 11 mai à Paris. En l’occurrence, le syndicat a mis au point avec la société de courtage en assurance Météo Protect un panel d’assurances indicielles pour la production de pommes de terre(1). L'offre sera disponible via une plateforme dont l’accès sera conditionné à l’adhésion au syndicat. Ce système à la carte donne la possibilité à l’agriculteur d’assurer tout ou partie de ses cultures sur une période donnée pour un risque bien précis, tel, par exemple, du gel, un déficit ou un excès de précipitation. 

Pas d’expert pour évaluer les dégâts

La particularité de ces assurances réside dans le fait que l’indemnisation ne dépend pas des dégâts réellement survenus sur la ferme. « Le système repose sur des données mesurées par un tiers dans lequel tout le monde a confiance, Météo France », indique Gabriel Gross, président de Météo Protect. Le sinistre est établi lorsque les données recueillies montrent que les seuils préalablement définis dans le contrat ont été franchis. « Il n’y a pas d’expert qui vient visiter le client, le processus est objectif et le coût de traitement très compétitif, cela rassure le client et accélère le traitement des dossiers », estime Gabriel Gross. Le contrat peut être souscrit jusqu’à 15 jours avant son démarrage. Le montant hectare de la prime dépend du risque et de la période assurés.

Avec cet outil, l’UNPT compte répondre aux préoccupations très diverses de ses adhérents. Pour cette année, l’offre arrive tard dans la campagne. « Si nous avons 6 à 10 % des surfaces couvertes, ce sera un bon résultat », a précisé Arnaud Delacour.

(1) Pour en savoir plus sur le principe de ces assurances, voir notre numéro 308, décembre 2016, pages 32 et 33.

Un complément aux assurances classiques

« La solution Météo Protect n’est pas en concurrence avec les grands assureurs institutionnels, davantage positionnés sur les coups durs », a expliqué Alain Dequeker, secrétaire général de l'UNPT. Le syndicat conçoit son offre comme complémentaire des assurances traditionnelles type grêle, non couverte, d’ailleurs, par la plateforme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures