Aller au contenu principal

Assurance récolte, la perte de qualité souvent oubliée

Les contrats d'assurance récolte proposent en option, la garantie « perte de qualité ». Deux responsables de Pacifica, Bruno Lepoivre et Cécile Thomas Lemaître donnent leur éclairage.

Chaque assureur est libre de proposer, ou non, l'option « perte de qualité ». Même si les pouvoirs publics imposent un seuil de déclenchement de l'assurance récolte à 30 % et une franchise à 25 % pour le calcul de la cotisation, donc de la subvention, chaque assureur peut néanmoins proposer un niveau de franchise différent. Chez Pacifica, l'assuré choisit sa franchise (à partir de 5 %), et elle vaut seuil de déclenchement. Pas besoin d'atteindre 30 % de dégâts pour pouvoir être indemnisé. « D'ailleurs, la franchise moyenne appliquée à nos contrats est de 15 % », précisent Bruno Lepoivre et Cécile Thomas Lemaître.
Si les aléas climatiques génèrent des pertes de qualité, le calcul de l'indemnité se fait en convertissant cette moins bonne valorisation de la production en équivalent tonnage perdu. Ce rendement effectivement réalisé est comparé au rendement garanti (rendement historique moins franchise choisie) pour définir s'il y aura indemnisation. L'expert constate la réalité de la perte de qualité pour des raisons climatiques. Les bons de livraison et les réfactions appliquées par l'OS tiendront lieu de justificatifs.


Huit contrats sur dix garantissent la qualité


Sur les céréales à paille (hors blé dur), le critère principal est le taux de grains germés. Sur le blé dur, c'est la présence de plus de 30 % de grains mitadinés, et sur l'orge de brasserie, c'est le taux de protéines. En moyenne, huit contrats sur dix ont l'option « perte de qualité » chez Pacifica. L'assureur a six mille contrats récolte en portefeuille. On constate un regain d'activité justifié par une prise de conscience liée aux nombreux sinistres de l'année dernière. C'est aussi de là qu'a démarré la réflexion de contrat socle. En cas de sinistre majeur sur la ferme France, 70 % des surfaces n'étaient pas couvertes jusqu'alors !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures