Aller au contenu principal

Assurance : alléger ses risques et sa facture grâce à un plan de prévention

Les plans de prévention sont des outils développés par les assureurs pour aider les exploitants à diminuer les risques d’accidents. Les appliquer peut également aider à réduire sa facture d’assurance.

Les plans de prévention des assureurs sont très orientés sur la lutte contre les incendies.
© J. Pertriaux

Limiter ses risques tout en payant moins de prime d’assurance, voilà une aubaine. Cela demande de mettre en place de façon volontaire le plan de prévention préconisé par l’assureur. Chez Groupama ou chez Pacifica, ce plan est établi à la souscription d’une assurance multirisque. « Avec l’agriculteur, nous parcourons la ferme pour apprécier la qualité des risques et établir un plan précis des mesures de prévention et de protection », explique Jean-Michel Geeraert, directeur marché de l’agriculture chez Pacifica. Cette visite est un état des lieux des risques pour proposer une offre adaptée à l’agriculteur. « Les approches sont différentes selon l’activité agricole ou la taille de l’exploitation », souligne Jérôme Laporte, responsable prévention pour les marchés agricoles chez Groupama. Dans la pratique, « ces plans sont sensiblement orientés sur le risque d’incendie, complète le responsable (voir encadré). C’est l’un des risques les plus importants pour un agriculteur, un incendie pouvant remettre en cause l’équilibre économique de l’exploitation ».

Les sinistres coûtent plus cher que la prévention

Le plan de prévention aboutit à des préconisations priorisées en fonction des risques, à mettre en place dans un délai imparti : « chaque année nous faisons au minimum un point téléphonique avec nos assurés », signale Jérôme Laporte, qui souligne toutefois la difficulté d’assurer le suivi des mesures réalisées. Chez Pacifica, « tous les deux à quatre ans, nous vérifions si l’exploitant met en place les préconisations, indique pour sa part Jean-Michel Geeraert. Si cela évolue dans le bon sens, nous ajustons la cotisation d’assurance en la réduisant ». Cette démarche se veut dans l’intérêt de l’agriculteur : « on ne se substitue pas à la MSA ou à l’inspection du travail, prévient Jérôme Laporte. Nous sensibilisons l’agriculteur aux mesures de prévention pour qu’il maîtrise mieux ses risques ». Parmi les tâches identifiées dans un plan de prévention : la vérification annuelle des installations électriques ou la présence d’un contrat de maintenance des systèmes de chauffage. Pour Groupama, « c’est du gagnant-gagnant, si l’agriculteur met en place les mesures il a moins de risques d’accidents et réduire sa cotisation d’assurance nous coûte moins cher qu’un sinistre ».

Le geste commercial n’est pas systématique

Reste que la réduction de la cotisation n’est pas automatique. « Nous sommes dans une démarche commerciale et de prévention, rappelle Jérôme Laporte. Si des efforts sont faits dès le début, il peut y avoir un geste commercial, mais ce n’est pas garanti. » Le responsable tempère tout de même : « le contexte économique de l’exploitation entre également en jeu. Un agriculteur qui a des difficultés économiques est moins enclin à faire de la prévention. Il est sans doute moins sensibilisé, en tout cas au début, et nous le prenons en compte, c’est à nous de l’accompagner ». Si les plans de prévention ne sont pas respectés, « il est très rare d’effectuer une exclusion de garantie, déclare par ailleurs Jérôme Laporte. Mais nous pouvons aller jusqu’à demander un engagement contractuel de l’agriculteur avec des retenues sur indemnisation ou des augmentations de franchise et des suivis renforcés ». Si l’assureur a financé à neuf un bâtiment sinistré, par exemple, les exigences seront renforcées quant à l’entretien du nouveau bâtiment afin de réduire les risques d’accident.

Comme le contrat d’assurance, le plan de prévention s’ajuste selon les changements qui surviennent dans la ferme (voir encadré). Un nouveau contrat « déclenche un nouveau plan et évite que l’agriculteur se retrouve en défaut de garantie car le contrat n’est plus adapté à la réalité », prévient Laurent Louis, responsable métiers et souscriptions chez Groupama.

Penser à prévenir l’assureur des changements

Pour être couvert en cas d’accidents, il est très important de signaler à l’assureur les changements qui surviennent dans l’activité de la ferme, même longtemps après la signature du premier contrat : « il faut penser à se mettre à jour même s’il n’est pas facile de se replonger dans tous ces mécanismes d’assurances, car le contrat est tacitement reconduit chaque année », insiste Sébastien Mérat, consultant en gestion des risques chez Péri-G. Même des changements qui peuvent paraître anodins sont à préciser : « accepter de stocker les céréales d’un voisin dans son hangar alors que jusqu’à présent on y conservait de la paille, c’est à signaler, indique ainsi le conseiller. Cela n’a pas la même valeur et s’il y a un incendie, l’assureur remboursera seulement à la valeur de la paille ! »

Les plus lus

Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Tous les produits contenant  du métaldéhyde sont taxés.
Antilimaces : pour le métaldéhyde, coût augmenté et stockage obligatoire en local phyto
A compter de cette année, les produits à base de métaldéhyde font l’objet de taxes spécifiques et d’obligation de stockage en…
Quelle que soit la période d’intervention, il faut que la culture ait un stade d’avance par rapport à l’adventice pour que le passage de la herse étrille soit réellement efficace.
Désherbage mécanique : bien régler la herse étrille pour un maximum d’efficacité
Quel que soit le système de production agricole, la herse étrille est un outil efficace si elle est utilisée dans des conditions…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures