Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

AMONT
Arysta LifeScience racheté par l’Indien UPL

Détenue par l’Américain Platform Specialty Products (PSP), la société phytosanitaire Arysta LifeScience est en passe d’être vendue au groupe indien UPL pour 4,2 milliards de dollars (Mrd$), suite à un accord entre les deux entreprises.

Arysta LifeScience est leader sur certaines molécules en France comme le cléthodime (herbicide), le chlorothalonil (fongicide) et la cyperméthrine (insecticide).
© J.-C. Gutner/Archives

La transaction doit avoir lieu fin 2018 ou début 2019. Le chiffre d’affaires d’Arysta LifeScience était de 1,5 Mrd$ en 2017 avec une présence dans 125 pays et une utilisation de plus de 200 matières actives, ce qui en faisait le quinzième groupe mondial. En mars 2014, la société avait fait l’acquisition de Goëmar en France. Le chiffre d’affaires d’UPL est de 2,7 Mrd$ sur l’exercice 2017-2018. La société détient plus de 1300 produits avec une implantation dans 124 pays. UPL s’est implanté en France en 2007 en reprenant l’activité de Cerexagri.

À la cinquième place du palmarès des sociétés de phytos

Ensemble, UPL et Arysta formeront la cinquième société la plus importante en matière de vente de produits de protection des cultures avec un chiffre d’affaires combiné de 5 Mrd$. Les deux sociétés sont présentées comme complémentaires, Arysta détenant une gamme de produits spécialisés et innovants avec une structure de recherche et de développement à la pointe, UPL possédant de fortes capacités de fabrication mondiale de principes actifs.

En France, le département des Pyrénées-Atlantique est particulièrement concerné par ce changement, avec des implantations à Mourenx pour Cerexagri (production de bouillie bordelaise notamment) et, pour Arysta LifeScience, à Pau et surtout à Noguères avec une usine de production (44 000 t de produits).

EN CHIFFRES

Chiffres d'affaires en France

67 millions d'euros en 2016 pour Arysta LifeScience (contre 80 M€ en 2015 et un objectif affiché de 100 M€ pour 2018)

50 millions d'euros environ pour UPL en 2017

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures