Aller au contenu principal

Argentine : des producteurs sans soutiens directs... mais protégés par le Mercosur

Contrairement à d'autres états, les agriculteurs argentins ne sont pas directement soutenus par leur gouvernement. Mais ils bénéficient de la protection indirecte du Mercosur, payante pour le blé sur 2017-2018.

« Si vous parlez de soutiens publics à l’agriculture en Argentine, on va vous rire au nez ! », résume Leandro Pierbattisti, conseiller de la fédération argentine des négociants en céréales. Pour le responsable, le seul encouragement de l’État vient de la libéralisation des exportations décidée en décembre 2015 par le gouvernement du président Mauricio Macri. Créées pour augmenter les revenus fiscaux de l’État et contrer les effets sur les prix intérieurs de la dévaluation du peso argentin, des taxes à l’export ont été mises en place en 2002. Puis en 2008, est venu s’ajouter un alourdissement de la réglementation avec un système de quotas. Les deux dispositifs ont été éliminés dès la fin 2015 pour les céréales, mais les taxes sur le soja sont encore en vigueur. « Fin 2015, elles ont baissé de 5 %, passant de 35 % à 30 %, explique Léandro Pierbattisti. Cette baisse aurait dû se poursuivre à raison de 5 % par an, mais cette promesse n’a pas pu être tenue du fait de leur poids dans le budget de l’État. Depuis début 2018, elles diminuent de 0,5 % par mois et devraient tomber à 18 % fin 2019. » L’export, un débouché majeur pour les grains argentins, s’est donc bien libéralisé, plaçant les agriculteurs en prise directe avec le marché mondial.

Des barrières à l'entrée du marché commun

Néanmoins, l’Argentine fait partie du Mercosur, qui comprend également le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay et la Bolivie. Or ce marché commun a mis en place à ses frontières des barrières tarifaires qui le protège notamment des importations de blé des pays tiers. Résultat, l’Argentine est un fournisseur privilégié du Brésil lorsque celui-ci réalise une mauvaise récolte, comme l'an passé. Sur le premier trimestre de la campagne 2017-2018 qui commence au 30 novembre, les producteurs argentins ont ainsi vu les cours flamber : les industriels brésiliens étaient à la recherche de matières premières. « L’Argentine a exporté 6 millions de tonnes de blé, soit la moitié de son solde exportable sur seulement trois mois, souligne Léandro Pierbattisti. Les cours sont montés jusqu’à 270 dollars FOB ! » De quoi isoler le pays de la scène internationale… tout en réjouissant ses agriculteurs.

Et si le gouvernement argentin n’a pas une tradition de soutien à sa filière agricole, il semblerait que les choses évoluent. Pas mal de discussions ont lieu à propos des assurances contre les aléas climatiques et économiques ou sur d’éventuels allègements fiscaux destinés à encourager la fertilisation des sols, qui ont tendance à s’appauvrir. Preuve d'une volonté de l'État, un fonds national pour l’agro-industrie, le Fondagro, a par ailleurs été mis en place en février 2017. Fort d’1,7 milliard de pesos argentins (54 millions d’euros), il doit entre autres aider à améliorer la compétitivité des différentes productions du pays et leur qualité sanitaire. Une initiative intéressante... dont la déclinaison n'est toutefois pas encore très claire.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures