Aller au contenu principal

Argentine : des producteurs sans soutiens directs... mais protégés par le Mercosur

Contrairement à d'autres états, les agriculteurs argentins ne sont pas directement soutenus par leur gouvernement. Mais ils bénéficient de la protection indirecte du Mercosur, payante pour le blé sur 2017-2018.

« Si vous parlez de soutiens publics à l’agriculture en Argentine, on va vous rire au nez ! », résume Leandro Pierbattisti, conseiller de la fédération argentine des négociants en céréales. Pour le responsable, le seul encouragement de l’État vient de la libéralisation des exportations décidée en décembre 2015 par le gouvernement du président Mauricio Macri. Créées pour augmenter les revenus fiscaux de l’État et contrer les effets sur les prix intérieurs de la dévaluation du peso argentin, des taxes à l’export ont été mises en place en 2002. Puis en 2008, est venu s’ajouter un alourdissement de la réglementation avec un système de quotas. Les deux dispositifs ont été éliminés dès la fin 2015 pour les céréales, mais les taxes sur le soja sont encore en vigueur. « Fin 2015, elles ont baissé de 5 %, passant de 35 % à 30 %, explique Léandro Pierbattisti. Cette baisse aurait dû se poursuivre à raison de 5 % par an, mais cette promesse n’a pas pu être tenue du fait de leur poids dans le budget de l’État. Depuis début 2018, elles diminuent de 0,5 % par mois et devraient tomber à 18 % fin 2019. » L’export, un débouché majeur pour les grains argentins, s’est donc bien libéralisé, plaçant les agriculteurs en prise directe avec le marché mondial.

Des barrières à l'entrée du marché commun

Néanmoins, l’Argentine fait partie du Mercosur, qui comprend également le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay et la Bolivie. Or ce marché commun a mis en place à ses frontières des barrières tarifaires qui le protège notamment des importations de blé des pays tiers. Résultat, l’Argentine est un fournisseur privilégié du Brésil lorsque celui-ci réalise une mauvaise récolte, comme l'an passé. Sur le premier trimestre de la campagne 2017-2018 qui commence au 30 novembre, les producteurs argentins ont ainsi vu les cours flamber : les industriels brésiliens étaient à la recherche de matières premières. « L’Argentine a exporté 6 millions de tonnes de blé, soit la moitié de son solde exportable sur seulement trois mois, souligne Léandro Pierbattisti. Les cours sont montés jusqu’à 270 dollars FOB ! » De quoi isoler le pays de la scène internationale… tout en réjouissant ses agriculteurs.

Et si le gouvernement argentin n’a pas une tradition de soutien à sa filière agricole, il semblerait que les choses évoluent. Pas mal de discussions ont lieu à propos des assurances contre les aléas climatiques et économiques ou sur d’éventuels allègements fiscaux destinés à encourager la fertilisation des sols, qui ont tendance à s’appauvrir. Preuve d'une volonté de l'État, un fonds national pour l’agro-industrie, le Fondagro, a par ailleurs été mis en place en février 2017. Fort d’1,7 milliard de pesos argentins (54 millions d’euros), il doit entre autres aider à améliorer la compétitivité des différentes productions du pays et leur qualité sanitaire. Une initiative intéressante... dont la déclinaison n'est toutefois pas encore très claire.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
silo de stockage de céréales
Envolée des prix : faut-il vendre maintenant son blé de la récolte 2021 ?
Malgré la forte décote par rapport au prix ancienne récolte, les cotations du blé des échéances septembre et décembre 2021 sont…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures