Aller au contenu principal

Antilimaces : pour le métaldéhyde, coût augmenté et stockage obligatoire en local phyto

A compter de cette année, les produits à base de métaldéhyde font l’objet de taxes spécifiques et d’obligation de stockage en local phyto pour ceux à au moins 3 % de cette substance active.

Tous les produits contenant  du métaldéhyde sont taxés.
Tous les produits contenant du métaldéhyde sont taxés.
© De Sangosse

Un stockage en local phyto est obligatoire pour les spécialités contenant au moins 3 % de métaldéhyde à compter du 1er octobre 2021, dans une zone spécifique du local, séparé des autres produits. Cette obligation découle d’un changement de classement toxicologique (cancérigène, mutagène et toxique pour la reproduction CMR2 et phrase H361f).

En conséquence, des sociétés ont choisi de ne plus commercialiser que des anti-limaces contenant moins de 3 % de métaldéhyde ou à base de phosphate ferrique. Mais il demeure de nombreuses spécialités sur le marché contenant de 3 à 5 % de cette matière active comme le montre le tableau de Terres Inovia, dont une utilisation peut se chiffrer à plusieurs centaines de kilos sur une exploitation. Le stockage d’un tel pondéreux dans un local peut être compliqué.

Une augmentation des prix : tous les produits à base de métaldéhyde sont soumis à la RPD, redevance pollution diffuse, depuis le 1er janvier. Précisément, ces spécialités se voient taxées de 9 centimes par % de métaldéhyde, ce qui fait par exemple 0,45 euro par kilo pour des spécialités à 5 % de la matière active, qui peuvent s’utiliser à plusieurs kilos à l’hectare. Le coût d’utilisation de ces produits est aux alentours de 15 €/ha par passage.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Retardée par les pluies, la récolte française de blé tendre est prévue autour de 36,7 millions de tonnes, avec une qualité globalement préservée à l'exception de PS bas.
Moisson 2021 : bons rendements en blé, et une qualité qui limite la casse
Les moissons ne sont pas terminées mais les rendements moyens du blé tendre sont globalement bons. La qualité pâtit de la météo,…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures