Aller au contenu principal

Antilimace : une rapidité d'action variable selon les conditions et les produits

Des essais pluriannuels d’Arvalis montrent des différences d’efficacité immédiatement après l’application des antilimaces, selon les produits et la température.

Les dégâts de limaces sont plus rapidement contenus par les produits à base de métaldéhyde, sauf s'il fait froid au moment de l'application. © J. Cabaret/Inra
Les dégâts de limaces sont plus rapidement contenus par les produits à base de métaldéhyde, sauf s'il fait froid au moment de l'application.
© J. Cabaret/Inra

Métaldéhyde ou phosphate ferrique : le choix d’un antilimace se résume à ces deux matières actives sur grandes cultures en France. Le phosphate ferrique est un des rares produits de biocontrôle utilisés à large échelle sur céréales, colza et autres cultures. Mais le métaldéhyde, commercialisé depuis des lustres, reste la molécule la plus utilisée.

Des essais récents menés par Arvalis révèlent des différences de rapidité d’action sur chacune de ces molécules. « Le métaldéhyde se caractérise par son effet choc plus important que le phosphate ferrique. Un à trois jours après l’application (à J+1 et J+3), la différence d’efficacité est significative en faveur du métaldéhyde. Mais à J+8, la mortalité des limaces s’égalise entre les deux solutions, présente François Brunisholz, ingénieur Arvalis spécialiste de la lutte contre les ravageurs. Le phosphate ferrique agit plus lentement que le métaldéhyde mais la consommation des végétaux est stoppée. »

Malgré tout, en termes de surface défoliée par les limaces, les différents essais montrent un avantage au métaldéhyde dans les premiers jours après l’application. Précision : il existe un produit associant les deux matières actives : Metarex Duo. Cet antilimace montre la même rapidité d’action que les produits à base de métaldéhyde.

L’action du métaldéhyde ralentie sous des températures froides

Outre le pourcentage de limaces mortes et la consommation des végétaux, les spécialités ont été testées également sur le nombre de limaces malades en conditions contrôlées. Sur ce point, ce sont les différentes spécialités à base de métaldéhyde (5 testées) qui montrent le plus d'effets. Mais on ne sait pas si une limace malade réduit sa consommation de végétaux.

Chose étrange, des essais à température faible au moment de l’application (6°C) ont montré un ralentissement de l’action du métaldéhyde. « La molécule perd son effet choc dans ces conditions, remarque François Brunisholz. Le phosphate ferrique, quant à lui, conserve son mode d’action qui est du même niveau que celui du métaldéhyde dès les premiers jours après l’application. »

Les coformulants peuvent entrer en jeu dans les différences entre produits

Dans ce froid, le produit à base de phosphate ferrique de De Sangosse (IronMax Pro) semble montrer une meilleure efficacité que celui de Certis (Sluxx HP). « Sluxx HP semble mettre plus de temps à tuer les limaces. Dans un essai, à J+3, son efficacité est de 30 % contre 70 % à IronMax Pro. Ce sont a priori les coformulants qui entrent en jeu dans cette différence, précise le spécialiste d’Arvalis. À J+8, les produits présentent la même efficacité. » Les essais ont été menés en conditions semi-contrôlées (cages extérieures) ou contrôlées (enceinte climatique) et non en plein champ. Tous ces résultats restent à confirmer dans d’autres essais.

Des conditions de stockage plus strictes pour le métaldéhyde à 3 %

Les antilimaces contenant 3 % de métaldéhyde ou plus doivent plus que jamais être stockés en local phyto. Ces produits sont dorénavant classés « reprotoxiques de catégorie 2 » (phrase H361f) et entrent donc dans la catégorie des produits CMR (cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques). Ils doivent respecter des règles de stockage strictes en les isolant des autres phytos. Ces règles découlent d’un règlement européen entré en vigueur le 9 mars 2020 et dont l’application sera obligatoire à compter du 9 septembre 2021. Prévoir donc une place à part pour ses sacs d’antilimaces à plus de 3 % de métaldéhyde.

A consulter : zerodansleau.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures