Aller au contenu principal

Gestion de l´eau
Anticiper une nouvelle année de sécheresse

Après trois ans très secs, les prévisions pour l´été 2006 ne semblent pas inverser la tendance. Le ministère de l´Écologie et le Comité national de l´eau se mobilisent pour anticiper une nouvelle sécheresse.


« L ´année 2006 s´annonce difficile en matière de sécheresse, voire historique », selon Nelly Olin, ministre de l´Écologie et du Développement durable. L´automne 2005 s´est avéré aride et ce déficit de pluies s´accumule à celui de l´année précédente. « L´état des nappes phréatiques est inquiétant. Les réserves en eau ne sont pas reconstituées et il manque 30 à 50 % de pluies sur une grande partie du territoire national », a déploré la ministre de l´Écologie. Six départements demeurent en situation de restriction d´eau prise l´été dernier par arrêté préfectoral. Seul le Sud de la France a été épargné par la sécheresse en raison de pluies ponctuelles. Pour combler une partie de ce déficit en eau, des pluies abondantes sont nécessaires d´ici au mois de mars.
Nelly Olin, ministre de l´Écologie : « L´année 2006 pourrait être historique en matière de sécheresse. » ©C. Calcet

Anticiper pour limiter l´irrigation des cultures
« Même la présence de pluies régulières au cours des prochains mois ne permettra pas un remplissage maximal des nappes phréatiques. De plus, les prévisions actuelles d´intempéries ne sont pas prometteuses », a souligné Nelly Olin. La situation ne s´oriente donc pas vers une amélioration immédiate.
A la demande du ministre de l´Écologie, les préfets de chaque département ont réuni leurs comités sécheresse afin d´établir un premier bilan de la situation. Un comité national sécheresse se tiendra au début du mois de février en concertation avec le ministère de l´Agriculture. « Nous aurons une idée précise de la situation à la fin de l´hiver et si des mesures doivent être prises, elles le seront par l´intermédiaire des préfets, à ma demande », a ajouté Nelly Olin. Des arrêtés cadres, pris dans la majorité des départements, permettront la mise en place d´éventuelles restrictions d´eau. Des coupures d´eau potable à certains moments de la journée ne sont pas exclues en cas de nécessité. Une action de sensibilisation du grand public est prévue au printemps 2006 sur les économies d´eau.

La ministre de l´Écologie a lancé un appel à la vigilance et à la mobilisation de la profession agricole pour anticiper l´éventuelle situation de sécheresse de l´été à venir. « Je n´ai pas d´instructions à donner, mais il s´agit de mener une action de pédagogie et d´information auprès des agriculteurs au moment du choix des cultures et de l´achat des semences. Ne pas les prévenir serait irresponsable de ma part car ils doivent pouvoir adapter leurs activités aux ressources en eau disponible », a précisé Nelly Olin.
La profession agricole est invitée à se mobiliser pour anticiper l´éventuelle situation de sécheresse de l´été à venir. ©B. Compagnon

Une sécheresse bien gérée sur la campagne 2005
La ministre a également tenu à féliciter l´engagement du monde agricole pour l´écologie en 2005 et a rappelé la réduction de 20 % des cultures dépensières en eau dans certains départements. Pour le secteur de l´agriculture, Nelly Olin appliquera des réductions d´eau si nécessaire. Elle a aussi annoncé la création de retenues de substitution sur dix bassins versants à titre expérimental en 2006.
Le directeur de l´eau au ministère de l´Écologie, Pascal Berteau, s´est déclaré satisfait de l´efficacité des mesures de restriction en 2005 car, selon lui, « il n´a pas été nécessaire d´opérer des coupures d´eau potable en raison de mesures d´économie d´eau réalisées dans l´anticipation ».

De manière générale, les instructions ont été respectées par les citoyens même si 2000 infractions ont été constatées dont 90 % d´entre elles ont fait l´objet d´une verbalisation accompagnée d´amendes supérieures à 1000 euros.
« L´adoption définitive du projet de loi sur l´eau avant l´été est ma priorité absolue », a déclaré Nelly Olin, le 5 janvier dernier à l´occasion du dernier comité national de l´eau (CNE). « La date d´examen du projet de loi à l´Assemblée nationale reportée au moins d´avril ne doit plus être décalée », a précisé la ministre.


Source : Bulletin de situation hydrologique, Direction de l´eau au ministère de l´Environnement.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures