Aller au contenu principal

Alternatives au Phosmet : des pistes prometteuses contre la grosse altise du colza

Un projet initié par Terres inovia, M2i et Archips livre des résultats intéressants en vue d'identifier une voie de lutte biologique alternative face à l'insecte ravageur.

Grosse altise sur du colza.
© Terres Inovia

Après quatre années de travaux, le projet Gax, visant à identifier des voies de lutte biologique par phéromone contre la grosse altise du colza, vient de s’achever. Financé par Sofiprotéol via le Fonds d’action stratégique des oléagineux et protéagineux (Faso) ce projet a mobilisé un industriel spécialisé dans la conception de molécules complexes, M2i, ainsi que les expertises conjointes de l’Institut technique Terres Inovia, de spécialistes des insectes et de leurs comportements du laboratoire d’entomologie Archips. L’objectif du projet Gax : se préparer à la réduction programmée de l’usage d’insecticides chimiques conventionnels au niveau européen et en particulier au retrait du phosmet.


Quatre molécules de la phéromone sexuelle identifiées

Dans le détail, les trois années d’observations, de prélèvements et d’analyses ont permis de mieux connaître la grosse altise du colza et de délivrer des pistes structurantes pour la conception de méthodes de lutte via l’identification de quatre molécules de la phéromone sexuelle de la grosse altise.

Les voies de synthèses de ces molécules ont été étudiées et différents prototypes de produit avec des modes d’actions bien distincts ont été développés puis étudiés en condition de plein champ.
 

Un mélange phéromonal à effet répulsif

« Les essais d’attractivité des composés pris individuellement ont montré une certaine efficacité de l’un des composés mais l’analyse technico-économique n’a pas montré une voie technico-économiquement viable pour ce produit compte tenu du niveau de pureté nécessaire et du coût de synthèse associé », précise Terres Inovia. « Une autre piste a également été testée en utilisant un mélange phéromonal le plus complet possible et économiquement viable, consistant à saturer une parcelle et observer le comportement des altises. Si aucune baisse des effectifs adultes en parcelle traitée n’a été relevée, les analyses des pièges laissent penser que le mélange phéromonal utilisé serait plutôt à effet répulsif : ce résultat ouvre donc la voie sur une stratégie de lutte de type push, voire push pull, particulièrement adaptée aux grandes cultures », poursuit le communiqué.

Les travaux doivent être poursuivis

En complément, une analyse de composés organiques volatils émis par les plantes crucifères en zone d’estives a permis d’ouvrir quelques pistes nouvelles, qui pourraient constituer des candidats dans un stratégie push pull et mériteraient donc d’être étudiées de manière plus approfondie pour connaître la réponse des insectes.

« Les travaux doivent donc être poursuivis pour permettre à l’avenir de disposer d’une solution de lutte complète et efficace contre l’altise du colza » conclut le communiqué.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures