Aller au contenu principal

Alléger la facture azotée du colza pour diminuer les gaz à effet de serre

Le couperet tombera dans un peu moins de trois ans. La directive Énergies renouvelables a fixé un objectif de réduction de 50 % de gaz à effet de serre (GES) pour le biodiesel par rapport au carburant fossile (gazole) pour 2016 (après les 35 % d'objectif en 2013). « Si au 1er janvier 2017, cet objectif n'est pas atteint, le biodiesel ne pourra plus être commercialisé comme énergie renouvelable (et la filière perdra à ce titre les soutiens financiers dont elle bénéficie, NDLR). » C'est alors une production qui disparaîtra de notre territoire, s'alarme Kristell Guizouarn, directrice du développement durable chez Sofiprotéol. Or actuellement, 65 % des surfaces de colza en France sont dévolues à la production de biodiesel. » L'enjeu est de la plus haute importance pour la filière et l'amélioration du bilan GES du colza passe surtout par une optimisation de la fertilisation azotée. En effet, celle-ci représente à elle seule le tiers des émissions de GES sur le colza en prenant en compte l'ensemble de son itinéraire cultural et la transformation de ses graines.
Les phytos comptent très peu dans la production des GES. Une démarche de progrès a été lancée par Diester Industries auprès des OS pour inciter les producteurs à répondre aux critères obligatoires sur les biocarburants.


Azote plus efficace en retardant les apports


Le Cetiom relaie la démarche en proposant une liste de leviers pour améliorer le bilan GES du colza « dont un certain nombre pour améliorer la fertilisation azotée, précise Pascal Simonin, du Cetiom. Il ne s'agit pas de la diminuer mais plutôt d'assurer un meilleur positionnement de la fourniture en azote, avec l'utilisation d'OAD pour mieux quantifier les besoins du colza, de mieux intégrer les légumineuses dans la rotation, de mieux prendre en compte la matière organique... »
Localement, des initiatives se veulent plus ambitieuses pour moins dépendre des engrais azotés tout en assurant un rendement optimal. Dans l'Eure, Bertrand Omon, chambre d'agriculture, suit un groupe d'agriculteurs engagés dans une démarche de bas niveaux d'intrants. « Un semis plus précoce de quinze jours par rapport à la tendance générale est réalisé dans un but : viser un colza fort avant l'hiver. Avec une biomasse la plus développée qui soit en sortie d'hiver, la fertilisation azotée peut être réduite en conséquence.
Pour réaliser les apports ensuite, il ne faut pas se presser, ajoute Bertrand Omon. Il vaut mieux attendre des conditions poussantes pour lesquelles le coefficient apparent d'utilisation (CAU) par le colza sera important, ce qui signifie de différer le premier apport de quinze jours. Avec ce CAU élevé, on peut se permettre de réduire les quantités d'azote. Le colza ne sera pas sous-alimenté mais les apports seront plus efficaces. » Le décalage vers des apports azotés plus tardifs « laisse plus de temps aux couverts d'interculture de minéraliser et donc de restituer de l'azote à la culture en place », ajoute Muriel Valantin-Morison, Inra. Toujours dans un souci d'économie d'azote (- 30 unités), le calcul des quantités à apporter avec les outils à disposition (pesée, réglette azote...) se fera en prenant la moyenne des cinq ou des dix dernières années comme objectif de rendement, recommandent des chambres d'agriculture, et non un rendement maximal atteint seulement une année sur dix.

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
L’artificialisation continue de prélever des terres agricoles
L’artificialisation des sols continue de grignoter les terres agricoles. Elle se chiffre en milliers d’hectares chaque année mais…
Contre les géranium sur colza, le métazachlore associé à d'autres molécules dans un programme herbicide constitue une solution de lutte satisfaisante. © Réussir SA
Désherbage colza/métazachlore : quelles sont les nouvelles règles d'usage ?
Les herbicides à base de métazachlore vont faire l'objet de restrictions d'emploi dès la prochaine campagne.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures