Aller au contenu principal

Les coopératives investissent le e-commerce

Avec Aladin.farm, les coopératives agricoles sont passées à l’offensive sur le web. Vu comme un prolongement en ligne de l’activité traditionnelle, leur site s’adresse à 50 000 adhérents et aligne les atouts.

Stéphane Marcel, directeur général d’Aladin.farm. « Aladin.farm permet aux coopératives de rentrer dans l’ère du multicanal digital. » © Aladin
Stéphane Marcel, directeur général d’Aladin.farm. « Aladin.farm permet aux coopératives de rentrer dans l’ère du multicanal digital. »
© Aladin

Depuis décembre dernier, l’e-commerce agricole compte un nouveau venu : Aladin.farm. Créé par les coopératives agricoles de l’Union InVivo, ce site investit le secteur avec des objectifs ambitieux et pourrait rapidement s’arroger une belle place. L’Union InVivo représente plus de 50 % de parts du marché des appros. « Aladin.farm permet aux coopératives de rentrer dans l’ère du multicanal digital », présente Stéphane Marcel, directeur général d’Aladin.farm.

Une réponse alternative au commerce digital proposé aux agriculteurs

Porté par neuf coopératives — Agora, EMC2, Coopérative Dauphinoise, Maïsadour, Natup, Noriap, Ocealia, Uneal et Val de Gascogne — totalisant 50 000 agriculteurs, le site propose aujourd’hui 15 000 références de phytos et de semences. La gamme devrait s’élargir rapidement à « 100 % des besoins des agriculteurs » : intrants, mais aussi agroéquipements, pièces d’usure, services, informations spécialisées. « Aladin.farm est une réponse alternative, française, au commerce digital proposée aux agriculteurs », précise Stéphane Marcel, en alignant ses atouts, comme des plateformes logistiques performantes et des paiements sécurisés via le compte adhérents.

« C’est un vrai gain de temps, en particulier en réappro. »

Les utilisateurs semblent satisfaits. « Je peux commander à n’importe quelle heure de la journée et je suis livré dans les deux jours. C’est un site pratique, clair et facile d’accès avec des prix affichés nets », témoigne Laurent Campistron, agriculteur dans les Landes et adhérent à Maïsadour. « J’ai commencé par commander un insecticide et depuis j’ai fait trois commandes, appuie Henri Surreaux, agriculteur à Blanzay dans la Vienne et adhérent à Océalia. C’est un vrai gain de temps, en particulier en réappro. » 

En parallèle, les techniciens suivent les commandes passées et en cours via un espace dédié. « L’agriculteur est plus autonome et nous pouvons nous consacrer à d’autres sujets », précise Jacky Artaud, conseiller d’exploitation chez Océalia. L’outil devient un service du quotidien.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Qu’ont fait les grandes cultures pour vous, aujourd’hui ?
Alimentation de base, carburant, et désormais gel hydroalcoolique : la crise est venue rappeler comment les grandes cultures…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures