Aller au contenu principal

Céréales et oléagineux
Agritel lance une appli pour aider les agriculteurs à vendre leurs grains

La société de conseil Agritel part à l’offensive avec une appli de gestion de la collecte qui se veut simple et ergonomique, disponible à partir du mois d’avril.

Sébastien Poncelet prend la tête de Captain Farmer, la startup interne d'Agritel.
© V.Noël

« Notre objectif est d’accompagner tous les agriculteurs qui assument la commercialisation de leurs grains en France », a expliqué Sébastien Poncelet, en conférence de presse le 19 février à Paris. Ce spécialiste des marchés qui travaille depuis plus de quinze ans pour Agritel a en charge le développement de Captain Farmer, la startup interne de la société de conseil qui va mettre à disposition des agriculteurs une appli éponyme début avril. Ce nouveau produit est « un savant dosage entre gestion économique et expertise des marchés » fournie par Agritel, a indiqué le responsable. Il doit procurer à l’agriculteur un cadre de décision sécurisé correspondant à ses besoins.

Plusieurs niveaux de personnalisation possibles

L’appli fonctionne avec des alertes paramétrables et des tableaux de bord. Celles-ci peuvent concerner des mises à jour de tendances et d’avis d’experts, mais aussi un objectif de prix ou de chiffre d’affaires qui serait atteint. Dans la version de base, « Garder le cap », l’agriculteur reçoit un conseil basé sur un avis d’expert standard. Cet expert ou "captain" gère une ferme virtuelle représentative des productions couvertes par l’appli (blés tendre et dur, orges fourragère et brassicole, colza, maïs, tournesol) ainsi que ses engrais. Et il dit ce qu'il fait et pourquoi au fur à mesure de la campagne.

Dans une version plus élaborée, « Ma recommandation », l’agriculteur entre les paramètres liés à sa ferme (rendement, coût de production, prix souhaité) ainsi que les volumes qu’il vend ou a vendus. Le conseil qu'il reçoit tient compte de ces particularités. « Le « captain » donne à chaque fois la raison de la recommandation qu’il fait, précise Arthur Portier, business developer. La transparence est un gage de confiance pour les agriculteurs ». L'exploitant peut également réaliser des simulations avant de prendre une décision. Dans la version la plus complète, « Face à face », l’agriculteur peut poser des questions via l’appli, échanger en direct avec un expert ou même se faire rappeler par lui.

Un abonnement annuel entre 485 et 1225 euros

Disponible à partir d’avril, l’appli est vendue via les stores classiques, sur abonnement, à raison de 485 euros par an pour la version « Garder le cap », 825 euros par an pour « Ma recommandation » et 1225 euros par an pour « Face à face ». Dans un deuxième temps, elle pourra être proposée par des distributeurs. Pour ce démarrage, Agritel vise 1000 abonnements d’ici 12 à 18 mois.

Si la startup fonctionne pour l’instant avec les fonds propres de la société mère, l’ambition est là : « nous avons un objectif mondial », a prévenu Michel Portier, le dirigeant d'Agritel. Il s’agira d’abord de conforter le marché en Europe, notamment en Ukraine, puis de « mettre en réseau les compétences » pour attaquer d’autres zones, telles que les Etats-Unis, par exemple.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Qu’ont fait les grandes cultures pour vous, aujourd’hui ?
Alimentation de base, carburant, et désormais gel hydroalcoolique : la crise est venue rappeler comment les grandes cultures…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures