Aller au contenu principal

Agriculture biologique : Arvalis en quête de parcelles pour mener des essais sur le phosphore

L’institut Arvalis démarre la coordination du programme de recherche Phosphobio se basant sur un observatoire de 200 parcelles.

Les possibilités d’apports sont limitées et souvent coûteuses pour le phosphore en agriculture biologique. © G. Coisel
Les possibilités d’apports sont limitées et souvent coûteuses pour le phosphore en agriculture biologique.
© G. Coisel

« Cherchons agriculteurs volontaires pour engager parcelles conduites en AB dans programme de recherche » : C’est le communiqué en forme de petite annonce qu’a publié Arvalis le 4 mars dernier. L’institut technique est engagé avec plusieurs partenaires(1) dans un programme de recherche sur quatre ans : PhosphoBio. L’objectif est, entre autres, de mettre au point une calculette de bilan du phosphore adaptée à l’agriculture biologique (AB) et de réaliser un guide de diagnostic de la fertilité en phosphore et de son évolution. La nutrition phosphatée des cultures devient un défi de plus en plus difficile à relever en production biologique. Les possibilités d’apports sont limitées et souvent coûteuses pour ce mode d’agriculture alors que les sols en bio ont tendance à s’appauvrir en phosphore.

Le projet Phosphobio se basera sur un grand réseau de 200 parcelles conduites en AB réparties sur quatre territoires : Bassin parisien, Grand Ouest, Sud-Ouest et Rhône-Alpes. Ces parcelles seront sélectionnées selon l’occupation du sol, l’ancienneté de conversion en AB et le type de sol. Les agriculteurs candidats bénéficieront d’une analyse de terre financée par le projet et d’une restitution ciblée des résultats des travaux. En contrepartie, leur participation au programme avec le choix d’une parcelle sur leur exploitation se traduira par la description régulière de leurs pratiques culturales ayant un impact sur la nutrition phosphatée. Pour proposer votre candidature, contacter Quentin Girard, d’Arvalis Institut du Végétal (q.girard@arvalis.fr)

(1) Chambres agriculture, Inrae, Auréa, Terres Inovia, établissements d’enseignement agricole, Comifer…

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures