Aller au contenu principal

Agriculture bas carbone : une porte d’entrée vers la transition agroécologique pour les agriculteurs

L’agriculture bas carbone est un moyen pour certains agriculteurs de se faire accompagner dans la mise en œuvre de nouvelles pratiques agricoles.

Coccinelle sur un sarment de vigne dans le vignoble au printemps, agriculture biologique, agroécologie, pratiques agroécologiques, biodiversité
© X. Delbecque

Tous les acteurs de cette « filière » bas carbone naissante s’accordent à le dire : au-delà du financement, insuffisant pour couvrir le risque pris par les changements de pratiques, s’engager dans un tel projet, c’est aussi un moyen de se lancer dans la transition et d’être accompagnés pour le faire. « Les thématiques abordées lors du diagnostic et de l’élaboration du plan d’action sont très intéressantes pour l’agriculteur », assure Alexandre Hatet, conseiller à la chambre d’agriculture Pays de la Loire qui accompagne des agriculteurs dans leur démarche bas carbone.

Lire aussi | Agriculture bas carbone : quelle rémunération pour les agriculteurs qui s’engagent ?

« On est accompagné pour monter en compétence sur les nouvelles pratiques agronomiques, témoigne Mickaël Portevin, agriculteur à Beine-Nauroy, dans la Marne, lors de la présentation du programme Transitions de Vivescia au Salon de l’agriculture 2024. L’effet de groupe fait aussi qu’on est beaucoup plus efficace pour aller chercher les informations et les techniques. »

Les co-bénéfices des pratiques bas carbone

Les acteurs des démarches bas carbone font aussi valoir les atouts agronomiques de ces pratiques. « La vente du carbone reste quelque chose d’assez abstrait pour les agriculteurs, note Francis Bucaille, agronome et fondateur de Gaïago. Pour lui, il faut communiquer sur les cobénéfices des pratiques bas carbone. « La première valorisation, ce sont les services agronomiques rendus : une meilleure nutrition des plantes, une meilleure résistance à la battance et à l’érosion… et s’il y a une aide financière en complément, c’est tant mieux », résume-t-il.

Les plus lus

Parcelle laissé en sol nu
Parcelles non semées et PAC : quelles sont les options possibles ?

Les pluies qui n’en finissent plus offrent par endroits peu de fenêtres de tir pour réaliser les derniers semis prévus.…

Un bon ressuyage des sols est important avant de préparer la parcelle à accueillir un semis de colza.
Semis de colza : 5 conseils clés pour les réussir

L'implantation du colza est une étape cruciale. L'objectif est de garantir son bon développement et sa robustesse à l'automne…

Parcelle de blé tendre en Nouvelle Aquitaine
Moisson 2024 : des potentiels de rendement dégradés en céréales à paille

Les intempéries auront-elles le dernier mot sur les rendements 2024 ? Les remontées du terrain semblent le prouver…

Olivier Pellerin agriculteur et entrepreneur de travaux agricoles dans son champ d'orge à Presly dans le Cher.
Couverts végétaux et interculture : « Je propose des mélanges qui combinent intérêts agronomique et faunistique »

Olivier Pellerin est entrepreneur de travaux agricoles et agriculteur à Presly, dans le Cher. Il commercialise des semences…

Parcelle de blé tendre
Prix du blé tendre : la hausse va-t-elle se poursuivre ?

Le prix du blé pourrait rester élevé dans les prochaines semaines au regard de la situation de sécheresse en Russie et de l’…

Epandage de matière organique. Epandeur à fumier et compost RollMax de Rolland (chez David Dos Reis) . Fertilisation. Fertilisant. Apport de fientes de volailles. ...
Fertilisation : l’apport de phosphore passe au second plan en bio à cause de la conjoncture

La conjoncture actuelle impose aux agriculteurs biologiques de faire des économies sur l’amendement des sols. L’apport de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures