Aller au contenu principal

Colza
Agriculteurs et pétroliers roulent pour le diester

Au milieu des années 80, la recherche met en évidence que les esters méthyliques d´huile de colza ont des propriétés physico-chimiques très voisines de celles du gazole. Le désormais fameux « diester » entame sa carrière...


Combien parmi nous savent qu´en faisant le plein de gazole, ils utilisent en fait un mélange contenant 2 à 2,5 % d´ester ? Les pétroliers français, contrairement à ce qu´on pourrait croire, sont les premiers à en être demandeurs(1). « En effet, le diester possède plusieurs propriétés intéressantes : pouvoir lubrifiant, réduction des rejets dans l´atmosphère, et bien évidemment origine végétale donc impact réducteur sur l´effet de serre puisque la plante récupère une partie du gaz carbonique de l´atmosphère. Mais surtout, il est économiquement intéressant pour eux », explique Bernard Nicol, directeur général de Diester Industrie. Le raffinage permet de distiller le pétrole essentiellement en essence et en gazole. Or, la demande en gazole du marché français est en hausse, et la production déficitaire oblige à recourir aux importations. Notons par contre que la France, et plus globalement l´Europe, exporte de l´essence... Incorporer du diester, c´est autant de gazole en moins à importer. Même en achetant le diester français au prix du gazole étranger, les raffineurs gagnent au moins les frais de transport.

La défiscalisation : un problème européen
Pourquoi alors se limiter à 2,5 % d´incorporation, quand un pays comme l´Allemagne distribue à la pompe du diester pur, avec pour seule modification sur les véhicules le changement de quelques durites pour un coût n´excédant pas les 80 à 100 euros ? Tout est lié à la défiscalisation des biocarburants. « Aujourd´hui, commente Bernard Nicol, le marché français est de 330 000 t., dont 310 000 issues du colza français. Les 20 000 autres sont issues d´huiles importées. La défiscalisation porte, quant à elle, sur 317 500 tonnes. Il s´agit d´une décision politique, dépendant de la loi de finances. Mais cette quantité n´a pas changé depuis quatre ans ». Certes, le gouvernement français a fait depuis un an et demi la promesse de défiscaliser 70 000 t. supplémentaires. Mais cela pose des difficultés juridiques au niveau de Bruxelles. Car les volumes actuels sont défiscalisés en France dans le cadre d´une procédure « pilote ». Augmenter ces volumes implique d´obtenir une dérogation de Bruxelles, votée à l´unanimité du Conseil des ministres. « Cela pourrait être le cas d´ici fin mars, note Bernard Nicol, le gouvernement pourra alors envisager d´inscrire ces 70 000 t. dans la prochaine loi ».

Projet de directive européenne : une étape ultérieure
Le projet de directive européenne pour une incorporation obligatoire des biocarburants dans tous les pays de l´Union européenne sera une étape ultérieure. Elle demandera au moins deux ans pour aboutir et sera appliquée à partir de 2005. On passerait au total d´environ 1,2 million de tonnes à un peu plus de trois millions de tonnes incorporées pour l´ensemble de l´Union.
Du côté des utilisateurs, les industriels de l´automobile ne voient aucune objection à l´usage du diester. Peugeot s´est même montré très favorable. En amont, les producteurs ont également largement adhéré. « En France, les hectares globaux en production de colza ont baissé depuis deux ans, souligne Bernard Nicol. Sauf pour la production de diester. La production de colza sur terres en jachères atteignait 258 000 hectares en 2001. Dont 220 000 avec un engagement pluriannuel de trois ans ». Il est vrai qu´à 1 650 francs la tonne (251,54 euros) pour la campagne 2001-2002, le prix payé est incitatif, puisque supérieur à celui du colza alimentaire.

D´ailleurs, l´engagement des producteurs est significatif. Les organismes collecteurs tant coopératifs que privés, détiennent, via des holdings, 33 % des parts de Diester Industrie. Bref, des producteurs aux automobilistes, chacun trouve son compte avec le diester. Et la nature n´a pas à s´en plaindre.

(1) Tous les raffineurs en France sont utilisateurs de diester. En premier Total Fina Elf, mais aussi Shell, Esso, BP, Mobil.




Cet article est extrait du dossier &quote;Oléopro&quote; de Réussir Céréales Grandes Cultures du mois de mai : 34 pages sur les enjeux , innovations, débouchés et perspectives des oléagineux et protéagineux en France et dans le monde.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures