Aller au contenu principal

Christian Huyghe, directeur scientifique Ag riculturede l’Inra
Agribashing/Christian Huyghe (Inra) : « Il faut un nouveau contrat social entre les agriculteurs et la société »

Pour le chercheur, l’agribashing reflète une contestation par la société de certaines formes d’agriculture, imposant de repenser l’équilibre entre impact environnemental et performance économique.

"Ce qui met aujourd’hui en tension l’agriculteur et le reste de la société, c’est la tension entre les performances productive et environnementale", estime Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint de l’Inra. © G. Omnès
"Ce qui met aujourd’hui en tension l’agriculteur et le reste de la société, c’est la tension entre les performances productive et environnementale", estime Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint de l’Inra.
© G. Omnès

Des agriculteurs ont le sentiment que les produits phytosanitaires sont indûment remis en cause car ils disposent d’une autorisation de mise sur le marché validée scientifiquement. Que vous inspire cet appel à la science ?

Si vous prenez les pesticides en général, ce que l’on documente de mieux en mieux c’est qu’ils ont un impact sur l’environnement et la santé humaine. C’est pour cela qu’il y a des recommandations pour se protéger et en utiliser le moins possible. La science permet d’évaluer ces impacts, sachant que l’expertise scientifique s’appuie sur ce qui est connu à un moment donné. C’est donc susceptible d’évoluer avec de nouvelles connaissances. Décider si cet impact a un niveau acceptable est une décision politique au sens noble du terme. Cette responsabilité est aujourd’hui portée par l’Anses, qui décide sur la base de la balance bénéfices/inconvénients au regard d’un consensus sociétal. La science peut apporter de l’expertise, destinée à éclairer la décision.

C’est un choix sociétal et non scientifique ?

Oui et non. Ce qui met aujourd’hui en tension l’agriculteur et le reste de la société, c’est la tension entre les performances productive et environnementale. L’hypothèse largement partagée est que la relation entre les deux est négative. On parle ainsi de « limiter l’impact sur l’environnement ». Cette phrase est terrible car elle légitime les impacts comme un mal inévitable. On vit aujourd’hui avec un contrat social datant des années cinquante qui a confié à l’agriculture la mission de permettre à la société de manger à sa faim, avec des produits de qualité en ne payant pas trop cher, contrat que les agriculteurs ont totalement rempli. Aujourd’hui, l’autosuffisance alimentaire de l’Europe est assurée, mais la société n’est plus prête à accepter certaines choses. Derrière l’agribashing, il y a un questionnement de la société qui conteste certaines formes d’agriculture. Il faut un nouveau contrat social repensant l’équilibre entre impact environnemental et performance économique, que la science peut éclairer. Les États généraux de l’alimentation auraient pu être l’occasion de jeter les bases de ce nouveau contrat.

N’est-ce pas prôner un retour en arrière ?

Il ne faut pas nier les apports de la transition technologique qui s’est opérée pendant les trente glorieuses, ni revenir à l’agriculture des années cinquante. Il y avait 2,3 millions d’exploitations agricoles en France en 1960, 360 000 aujourd’hui. Nous ne reviendrons pas à cette situation-là. Pour les systèmes de production de demain, l’objectif est de mobiliser les processus et régulations biologiques là où on a favorisé la chimie (engrais, phytos), anthropisé les milieux pour rechercher des économies d’échelle. L’agroécologie, c’est considérer une culture comme un écosystème où vous avez des plantes, un sol, de nombreux micro-organismes. La recherche s’attelle à savoir comment faire travailler cet écosystème au service de l’agriculteur. Les découvertes sur les microbiotes des plantes ou encore l’impact de la taille des parcelles sur la biodiversité ouvrent des perspectives intéressantes, mais complexes. Il faut comprendre comment accompagner les agriculteurs pour que ce qui est plus complexe ne devienne pas trop compliqué. Et si on demande aux agriculteurs de rendre des services de production et des services environnementaux, qu’est-on prêt à payer pour ça ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures