Aller au contenu principal

Adventices résistantes, plus ça va, moins ça va

Les mauvaises herbes résistantes aux herbicides se multiplient en nombre et se diversifient en espèces. La tendance n'est pas près de s'inverser. Les raisons.

L'Hexagone compte actuellement une bonne douzaine d'espèces adventices résistantes à une ou plusieurs familles d'herbicides commercialisés actuellement : aux inhibiteurs de l'ACCase (groupe Hrac(1) A : clodinafop, cléthodime, pinoxaden...), aux inhibiteurs de l'ALS (groupe Hrac B : iodosulfuron, mésosulfuron, pyroxsulame...) et/ou au glyphosate.
Rotations courtes, non labour, simplification du désherbage avec la répétition d'utilisation des mêmes catégories d'herbicides... les graminées ont bien profité de l'évolution des pratiques agricoles. Vulpin des champs et ray-grass (ou « ivraies ») résistants sont bien installés dans la majeure partie de la France. Peut-on parler de généralisation des résistances pour ces adventices dans les régions ? Il n'y a pas de suivi exhaustif des populations de mauvaises herbes en France pouvant permettre d'établir un état des lieux fiable de la situation des résistances. « Mais aux dires d'experts de sociétés phytosanitaires notamment, on estime que 60 à 70 % des parcelles infestées en vulpin comportent des plantes résistantes aux inhibiteurs de l'ACCase et 30 à 40 % aux inhibiteurs de l'ALS, informe Christophe Délye de l'UMR Agroécologie de l'Inra de Dijon. Pour les ivraies, ce serait du même ordre d'importance, voire pire. »


Agrostis, digitaires, panics, bromes, folles avoines...


La Bourgogne Franche-Comté a fait l'objet d'une étude poussée ces dernières années, avec Marc Delattre, de Dijon céréales à sa tête. Si l'on prend les seuls cas des huit départements de ces deux régions, cinq comptent plus de vingt cas de vulpins résistants aux herbicides du groupe A et six pour le ray-grass.
Il faut compter également avec des folles avoines résistantes et d'autres graminées qui émergent : les agrostis jouet-du-vent, les digitaires (en maraîchage), les panics (sur le riz), les bromes. « Pour ces dernières, la résistance de populations aux produits du groupe B est un problème majeur car ce sont les meilleurs herbicides contre ces graminées », souligne le chercheur de l'Inra. Pour être vraiment complet sur les graminées résistantes, de fortes suspicions portent sur la sétaire verte, adventice commune en maïs. Quant aux ray-grass, des plantes résistent au glyphosate. Elles n'ont été détectées que sur vigne dans différents vignobles. Le risque du passage de cette résistance du ray-grass en grandes cultures est réel.

Après les graminées,
les dicotylédones
Les premiers cas de graminées résistantes aux herbicides utilisées actuellement étaient découvertes au début des années 90. Les dicotylédones ont suivi avec le coquelicot pour commencer et des plantes résistantes aux inhibiteurs de l'ALS au milieu des années 2000. Cette résistance est en expansion. Nous n'en sommes pas encore aux situations connues avec les vulpins et ray-grass. Mais des cas de résistance du coquelicot sont rapportés dans cinq des six département de la région Centre, dans trois du Midi-Pyrénées, dans l'Aisne, la Marne, la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire, la Meuse, la Moselle, l'Yonne... pour les quelques régions où des recensements ont été effectués.


D'autres résistances à venir avec les nouvelles pratiques


Après 2010, la résistance aux herbicides du groupe B a été décelée chez des matricaires, des stellaires et, en 2013, sur le séneçon commun. La résistance au glyphosate existe aussi chez les dicotylédones en France avec l'érigéron (ou vergerette) de Sumatra en culture viticole. On parle également de crucifères devenant particulièrement difficiles à contrôler avec les inhibiteurs de l'ALS. Et d'autres espèces pourraient encore « entrer dans la résistance ».
Les produits inhibiteurs de l'ALS deviennent le gros pilier du désherbage, non seulement en céréales mais également sur tournesol et colza avec les variétés tolérantes Clearfield ou Express Sun (pour le tournesol) et bientôt sur betteraves. « De nouvelles espèces d'adventices sont ou vont être soumises à la pression de sélection de ces herbicides comme les crucifères et géranium sur colza, les tournesols sauvages et ambroisies sur tournesol, les chénopodes et betteraves adventices sur betterave », précise Christophe Délye. Il y a intérêt à accompagner ces pratiques du point de vue technique de façon à minimiser les risques d'émergences de nouvelles adventices résistantes.


(1) Herbicide Resistance Action Committee.
(2) Voir outil R-sim et grille de resistance des graminées.

« D'autre part, alerte Christophe Délye, avec les herbicides foliaires des groupes A et B qui commencent à lâcher sur le plan des efficacités, on reporte les stratégies de désherbage davantage sur les produits racinaires des groupes K1, K3 et N (pendiméthaline, napropamide, dmta-p, flufenacet, triallate, prosulfocarbe...). Les pressions de sélection de résistance vont jouer sur ces familles de produits. Des résistances sont connues dans des pays comme l'Australie, où des graminées résistent aux herbicides K3. » Plus que jamais, la mise en oeuvre des moyens mécaniques et agronomiques de lutte contre les mauvaises herbes est nécessaire(2). À adapter à la situation de chaque exploitation où cette panoplie peut trouver rapidement des limites tout comme la diversité d'utilisation d'herbicides.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures