Aller au contenu principal

Accord sur une définition des perturbateurs endocriniens

Après moult tergiversations, la Commission européenne a obtenu des États membres le 4 juillet l’adoption de sa proposition de texte définissant les critères scientifiques qui permettent d’identifier les perturbateurs endocriniens dans le domaine des produits phytosanitaires.

Une définition plus précise des perturbateurs endocriniens a été validée par les Etats membres le 4 juillet dernier.
© M.Le Corre

Une définition avait déjà été proposée en 2016 mais elle n’avait pas obtenu de majorité requise, notamment avec l’opposition de la France. À l’époque, le texte était jugé trop peu protecteur de l’environnement et de la santé publique. Quelques avancées ont été obtenues ensuite sur la définition de ces substances. La France a alors revu sa position.

Reculade devant l’Allemagne

Mais pour de nombreuses organisations non gouvernementales, elle a capitulé face à l’Allemagne. « Les petites avancées obtenues sur le texte ne doivent pas nous satisfaire. […] Le fait d’accepter les dérogations sur les pesticides imposées par l’Allemagne laisse aux agriculteurs la possibilité de continuer à épandre des substances toxiques, mutagènes et reprotoxiques, juge Michèle Rivasi, députée européenne écologiste. Ce compromis est une reculade. » Le 13 juillet, les ministres de l’Écologie et de l’Agriculture, Nicolas Hulot et Stéphane Travert, ont rendu publiques les listes de produits pesticides susceptibles de contenir des substances perturbatrices endocriniennes. Cela n’a pas été du goût de l’UIPP (1) qui précise que les critères retenus pour cette liste ne sont pas ceux de la nouvelle définition de la Commission européenne.

(1) Union des industries de la protection des plantes.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Combiné à d'autres leviers, les techniques de travail du sol simplifié permettent aux producteurs de colza et de tournesol de bénéficier d'un bonus substantiel. © Orthman
Bas carbone : des efforts désormais valorisés en grandes cultures
Colza, tournesol, orge, maïs : les filières végétales se lancent sur le marché du carbone pour générer de la valeur ajoutée. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures