Aller au contenu principal

Pierre de Lépinau, directeur général d’Adivalor
Agriculture / environnement : « 64 % de nos déchets plastiques sont recyclés »

Le patron d’Adivalor, éco-organisme sans but lucratif en charge de la collecte des déchets agricoles, présente les grands chiffres du recyclage des déchets agricoles et rappelle les objectifs en la matière.

Pierre de Lépinau : 79000 t de plastiques et emballages usagés agricoles ont été collectées
© Adivalor

Comment évolue l’activité de collecte d’Adivalor ?

« En 2019, 79 000 tonnes de plastiques et emballages usagés agricoles ont été collectées, soit 70 % des quantités mises sur le marché. Le taux de collecte moyen sur les emballages phyto est de 83 %. En 2019, les collectes ont poursuivi leur progression avec une augmentation de 2 000 tonnes des emballages et plastiques usagés collectés. La France est le seul pays d’Europe à disposer d’une organisation aussi performante dans ce domaine. »

Que change la loi sur l’économie circulaire de février 2020 ?

« L’une des façons de consommer moins de ressource, c’est de recycler. L’Europe voudrait voir recycler 50 % des plastiques d’ici à 2025 (la France 100 % !), pour limiter la consommation de la ressource. Notre filière affiche un taux de recyclage des emballages plastiques de 64 % en 2019. Fort de ce constat, Adivalor a obtenu un statut particulier, qui reconnaît notre système de gestion spécifique mis en œuvre depuis 2001 et permet de prolonger notre travail. »

Quels sont les prochains chantiers d’Adivalor ?

« Nous entendons améliorer les performances de collecte. Le taux de collecte moyen est bon mais cache de fortes disparités. Il ne dépasse parfois pas 30 % pour les emballages souples (sacs, boîtes) au sud de la Loire. Notre objectif est d’atteindre un taux de collecte moyen de 90 % d’ici à 2030.La collecte des sacs de semences en papier est un autre axe de progrès : aujourd’hui, seul un tiers de ces sacs est collecté. Pour le recyclage des plastiques, les prix actuels du pétrole n’incitent pas les industriels à intégrer ces matières recyclées dans leurs process. Une obligation d’incorporer 20 à 30 % de plastiques recyclés dans les emballages permettrait de sécuriser les débouchés des recycleurs et de ramener les cours à des niveaux économiquement viables. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures