Aller au contenu principal

Les coops se préparent à contre-cœur à la séparation conseil-vente

La Coopération agricole acte la mise en œuvre prochaine du séparation conseil-vente, qui signe la fin d'un modèle, mais pas la disparition du conseil au sein des coopératives.

Antoine Hacard, président de la Coopération agricole Métiers du grain. "Il est déraisonnable d'imaginer que l'organisation pourra être en place au 1er janvier 2021." © La Coopération agricole ...
Antoine Hacard, président de la Coopération Métiers du grain. "Il est déraisonnable d'imaginer que l'organisation pourra être en place au 1er janvier 2021."
© La Coopération agricole Métiers du grain

"La séparation entre la vente d'un produit phyto et le conseil pour son emploi va se faire. Nous estimons que c'est une mauvaise mesure et avons essayé d'en dissuader les pouvoirs publics, mais la période de résistance est achevée. Nous allons maintenant accompagner nos adhérents." Pour Antoine Hacard, président de la Coopération Métiers du grain, l'enjeu est désormais d'obtenir plus de temps pour se mettre en ordre de marche. "Il est déraisonnable d'imaginer que l'organisation pourra être en place au 1er janvier 2021 alors que le décret d'application est attendu pour mai. Nous demandons au moins six mois de délai supplémentaire", a indiqué le professionnel début février. Selon Antoine Hacard, la plupart des conseils d'administration des coops décideront de leur stratégie en milieu d'année. "Et l'on ne fera pas de montage pour contourner la loi, d'autant que le législateur a pris des précautions pour que ce soit impossible, a-t-il insisté. Par exemple, les filiales ne pourront pas avoir un choix différent de la maison mère."

Objectif : faire baisser l'usage des phytos

Le conseil de préconisation d'un produit phyto, concerné par la séparation, représente environ 20 % de l'activité de conseil des coops. "Quel que soit le choix de nos adhérents, cela ne signifie pas la fin du conseil dans les coops", a précisé Antoine Hacard. Conseil stratégique, bouts de champ, fertilisation... le conseil sera au contraire renforcé, "mais conseiller un produit et une dose, on ne le fera plus". Le responsable prédit la fin d'un modèle : "historiquement, nous dégagions plus de marge sur l'appro car le service a longtemps été gratuit. C'est appelé à changer. De toute façon, l'objectif de demain pour les coopératives est la baisse de l'usage des produits phyto. Nous sommes à la veille d'une révolution mais pour cela, il faudra mettre des moyens considérables."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures