Aller au contenu principal

Vote du Parlement européen sur les emballages : pourquoi l’AREFLH est soulagée

Alors que le Parlement européen a adopté son rapport pour son projet de réglementation sur la réduction des emballages, l’Association des régions européennes fruitières, légumières et horticoles se réjouit que les restrictions initialement prévues pour le secteur des fruits et des légumes aient été enlevées.

Barquettes de tomates cerise avec au premier plan une barquette en plastique et une en carton.
En matière d’emballages, l’association européenne des fruits et légumes se félicite du rapport du Parlement européen sur son projet de de réglementation sur la réduction des emballages. La filière va pouvoir continuer à progresser sans obligations trop contraignantes.
© Claire Tillier

Le Parlement européen a voté le 22 novembre pour l'adoption d'une réglementation révisée sur les emballages, afin de les réduire, de restreindre certains usages et d’interdire l’utilisation des “produits chimiques éternels”. Les députés ont approuvé le rapport lors d'un vote en plénière, avec 426 voix pour, 125 contre et 74 abstentions.

Le Parlement entamera des négociations avec les gouvernements nationaux sur la forme finale de la loi, une fois que le Conseil aura adopté sa position.

 

Que prévoit les députés ?

Outre les objectifs globaux de réduction des emballages proposés dans le règlement (5 % d’ici 2030, 10 % d’ici 2035 et 15 % d’ici 2040), les députés souhaitent fixer des objectifs spécifiques de diminution des emballages en plastique (10 % d’ici 2030, 15 % d’ici 2035 et 20 % d’ici 2040), selon le communiqué du Parlement.

Les députés veulent interdire la vente de sacs en plastique très légers (moins de 15 microns), à moins que cela ne soit nécessaire pour des raisons d’hygiène ou fourni comme emballage primaire pour les aliments en vrac pour aider à prévenir le gaspillage alimentaire. 

En outre, les nouvelles règles exigent que tous les emballages soient recyclables, répondant à des critères stricts devant être définis par le droit dérivé. Certaines exemptions temporaires sont prévues, par exemple pour les emballages alimentaires en bois et en cire.

Lire aussi : Les emballages en bois léger sont presque sauvés 

Enfin, les députés souhaitent que les pays de l’UE veillent à ce que 90 % des matériaux contenus dans les emballages (plastique, bois, métaux ferreux, aluminium, verre, papier et carton) soient collectés séparément d’ici 2029.

 

Les fruits et légumes soulagés

L’AREFLH (Association des régions européennes fruitières, légumières et horticoles) a immédiatement réagi au vote du Parlement, se réjouissant de ce « projet de règlement sur les emballages, sans les restrictions initialement prévues pour le secteur des fruits et légumes ». 

La présidente Simona Caselli et le vice-président Jean-Louis Moulon s’en félicitent :

« C’est une grande victoire et nous sommes vraiment satisfaits de ce vote. Nous disposons désormais d'une réglementation européenne claire et non contraignante qui permettra d'obtenir des résultats concrets et importants en matière de réduction des emballages et des déchets d'emballages, sans effets secondaires indésirables sur les déchets alimentaires et la sécurité des produits. Nos exportateurs pourront travailler avec des règles claires, ce qui est très important. Le secteur des fruits et légumes reste évidemment engagé dans la réduction des emballages et l'innovation en matière de matériaux afin de réduire l'impact et d'améliorer la durabilité ».

 

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

90 % des vergers de Blue Whale sont protégés par des filets de protection anti-grêle. En revanche la couverture anti-gel ne représente que 55 % des surfaces.
Rencontres Blue Whale : le changement climatique et la gestion de l'eau s'invitent aux débats

Avec les premières Rencontres Blue Whale, le groupement de producteurs s’est donné une feuille de route pour appréhender les…

Tavelure sur une feuille de pommier
Tavelure : quelle est cette piste de recherche innovante contre la maladie numéro 1 du pommier ?
Une piste de recherche actuellement à l’étude contre la tavelure, principale maladie du pommier, repose sur la combinaison d’une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes