Aller au contenu principal

Vigilance autour de fertilisants « organiques »

L’Afaïa alerte de l’arrivée de fertilisants « organiques » présentant des teneurs élevées en azote dont l’origine peut porter notamment préjudice à la filière bio.

Afaïa recommande aux agriculteurs, et aux certificateurs notamment dans la filière « bio », la plus grande vigilance sur l’emploi d’engrais qui ne satisferaient pas à certains points de vigilance.
Afaïa recommande aux agriculteurs, et aux certificateurs notamment dans la filière « bio », la plus grande vigilance sur l’emploi d’engrais qui ne satisferaient pas à certains points de vigilance.
© RFL

L’arrivée sur le marché de fertilisants « organiques » qui annoncent des teneurs élevées en azote, et une origine végétale sans transformation chimique conduit l’Afaïa(1) à faire preuve de vigilance vis-à-vis de ces revendications, notamment pour la filière de l’agriculture biologique. Dans un communiqué, le syndicat professionnel rappelle quelques points élémentaires en paticulier sur la teneur en azote des fertilisants.

Un possible ajout d’azote de synthèse

Selon les éléments présentés (voir encadré), « l’origine « végétale » d’engrais organiques qui déclarent plus de 10 % d’azote doit être soigneusement tracée afin de s’assurer de leur conformité avec ceux permis pour un usage en agriculture biologique », précise le document. De même, « une teneur élevée en azote ammoniacal dans un engrais dit « organique » doit conduire à s’interroger sur un possible ajout d’azote de synthèse lors du process de fabrication », relève l’organisation.

A lire aussi : Cédric Abriat, président de l’Afaïa : "Proposer des solutions innovantes pour les matières fertilisantes"

 

L’Afaïa mentionne qu’il n’y a pas aujourd’hui de méthode d’analyse officielle pour caractériser formellement, a posteriori, le caractère « organique » des fertilisants mais des méthodes isotopiques utilisées en agroalimentaire donnent des résultats très prometteurs pour les fertilisants, en permettant de distinguer une origine synthétique d’une origine organique de l’azote. L'Afaïa recommande aux agriculteurs, et aux certificateurs, la plus grande vigilance sur l’emploi d’engrais qui ne satisferaient pas à ces points de vigilance notamment dans la filière bio, dont les règles de production n’autorisent pas le recours aux fertilisants de synthèse.

(1) Syndicat professionnel des acteurs de la filière des supports de culture, paillages, amendements organiques, engrais organiques et organo-minéraux et biostimulants

Azote sous forme organique et chimique

Afin de permettre aux agriculteurs et distributeurs de vérifier des points essentiels concernant la composition de fertilisants « organiques », l’Afaïa précise que les sources d’azote organique les plus riches proviennent de matières premières animales (corne broyée, sang desséché, farine de plumes par exemple), qui atteignent ou dépassent 15 % d’azote. Du côté végétal, les matières végétales les plus communément utilisées en fertilisation comme les tourteaux (de ricin par exemple, ou de colza), ou les pulpes ne dépassent en général pas 5 % d’azote.

Seuls certains tourteaux de soja, ou le gluten, très rarement utilisés en fertilisation approchent les 10 % d’azote. L’azote des engrais organiques est majoritairement sous forme organique, c’est-à-dire qu’il est chimiquement lié à une chaîne carbonée plus ou moins complexe. Sauf pour quelques effluents d’élevage, la part d’azote ammoniacal des sources organiques est toujours très minoritaire. En particulier pour les sources végétales, celle-ci ne dépasse généralement pas 1 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Jacques Mathé : « Le problème du circuit court se pose en termes de différenciation de l’offre, de haute technicité et de productivité du travail. La binette, c’est bien mais ça prend du temps ! »
« Les circuits courts en fruits et légumes doivent sortir de l’artisanat »
La commercialisation en circuit court, notamment en maraîchage, peut apparaître très séduisante. « Le potentiel phénoménal…
Pourquoi le distributeur de fruits et légumes italien Orsero rachète les Français Blampin et Capexo ?
L’importateur et distributeur italien de fruits et légumes Orsero renforce sa présence sur le marché français en entrant au…
Kiwi jaune : accord historique en Italie entre NKP et Rivoira
Les deux entreprises ont signé un accord de développement commercial au niveau mondial pour deux variétés de kiwis à chair jaune.
[MISE A JOUR] Des récoltes de pommes et poires attendues en hausse dans un contexte économique compliqué
Wapa a dévoilé ses traditionnelles prévisions pour l’hémisphère nord et rappeler les défis que le secteur doit être prêt à…
La France produit environ 35 000 t de cerise douce, ce qui la place au 8e rang européen.
Production de cerises : l’Italie, l’Espagne et la Grèce en tête des pays européens

La production mondiale de cerise douce atteint 2,6 millions de tonnes par an. La Turquie est le…

La plus grande ferme hydroponique au monde ouvre ses portes à Dubaï
Plus de 3 hectares de ferme hydroponique viennent d’être inaugurés près de l’aéroport de Dubaï. Les légumes-feuilles cultivés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes