Aller au contenu principal

Fruits & Légumes : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière fruits & légumes, de la production à la distribution

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedIn

[VIDEO] Occitanie : Le chant des vignes

De la musique pour soigner ses vignes : Julien Custody et cinq autres producteurs de Chasselas de Moissac testent la génodique pour éviter la mortalité de leurs pieds de vigne.

« Avec la génodique, je teste une méthode pour réduire le taux de mortalité de mes vignes qui est de deux à trois pour cent par an en Chasselas de Moissac, avec une variation selon les variétés », témoigne Julien Custody, arboriculteur adhérant à l’AOP Chasselas de Moissac. Une mortalité qui entraîne une perte directe de production qu’il estime à 3 000 euros/an. Cette mortalité est due aux maladies : Esca, Eutypiose et Black-dead-arm. La technique se base sur le son. « La musique sert de moyen de transport d’une onde vibratoire qui va stimuler ou inhiber la synthèse de protéines en lien avec un stress de la plante », détaille le jeune producteur. Les séquences de musique ont donc pour but de stimuler la fabrication de la protéine qui compose la lignine, de stimuler les défenses naturelles des vignes et d’agir négativement sur les champignons.

Cette méthode est en test depuis mai chez six producteurs de l’AOP. Chacun a un boîtier qui diffuse le matin et le soir, moment de la journée où il y a le moins de vent, de mai à septembre, huit minutes de musique dans un rayon de 250 m, soit une couverture de six hectares par boîtier. Les taux de mortalité seront comptabilisés pendant trois ans. Pour valider la méthode, Julien les comparera à ces taux de mortalité des années précédentes. La démarche est soutenue par l’AOP qui a aidé les producteurs volontaires à hauteur de 30 %. « Pour la pose des six boîtiers et la formation pour les utiliser, nous avons payé à six, 18 000 euros. » L’entreprise qui commercialise le principe, Aquitaine génodique, travaille déjà avec plusieurs coopératives viticoles dont celle de Buzet qui a un recul de quatre à six ans avec cette méthode.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

La filière fruits et légumes s’adapte au changement climatique
L’agriculture est un des premiers secteurs touché par les impacts du changement climatique. S’y adapter constitue un enjeu…
Légumes : « L’agriculture de conservation des sols apporte des effets agronomiques très positifs »

Témoignage de Xavier Dubreucq, conseiller en maraîchage.

Pourquoi un sol naturel…

Pomme/Poire : Trois points clés de la conduite d’un verger bio
La production bio de pommes et de poires en région Provence-Alpes-Côte d’Azur a été au cœur de deux journées organisées par la…
 © RFL
Pour sa 34e édition à Angers, le Sival affiche un format XXL
De nouveaux exposants et plus d’espace, le Sival 2020 affiche une formule XXL pour sa 34e édition qui se déroulera du…
La France produit 20 000 t, moins de 20 % d’auto-approvisionnement de son  marché national de consommation estimé à 127 000 t. © RFL
L’Espagne, leader incontesté de la production européenne de poivron

La production et les échanges de poivron en Europe sont largement dominés par le géant…

Dans cette serre, la densité des fraisiers est augmentée grâce à la superposition des gouttières de culture
L’augmentation de la densité de plants de fraisier par superposition des gouttières rend la serre plus efficiente et augmente le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes