Aller au contenu principal

[VIDEO] Carotte : Le désherbage alternatif en action

Désherbage mécanique, vapeur, thermique… Des matériels de désherbage pour les cultures de carotte, en alternative à la lutte chimique, étaient en démonstration près d’Avignon lors de la journée DésherbCarot.

Le besoin d’alternatives au désherbage chimique est devenu crucial en cultures légumières, particulièrement en production de carotte. L’interdiction du linuron ou encore la fin de la dérogation accordée au dichloropropène témoignent d’un contexte réglementaire en mutation qui laisse de moins en moins de place aux produits phytosanitaires de synthèse. Lors de la journée DésherbCarot organisée par l’AOP nationale Carottes de France, les principales solutions alternatives de désherbage actuellement disponibles ont été présentées en démonstration dynamique, aux Angles (Gard), près d’Avignon. Des matériels de désherbage mécanique, thermique ou de désinfection de sol sont notamment passés sur une parcelle d’essais devant la centaine de professionnels présents à la journée. Ces méthodes nécessitent d’être combinées à des rotations, faux semis ou paillages, afin d’effectuer un désherbage le plus efficace possible.

 

Terrateck/Kult Kress : porte-outils Cultitrack avec outil de binage

Le porte-outil Cluti Track de Terrateck était présenté équipé avec l’outil Duo parallélogramme de Kult Kress, pour un binage précis des cultures sur buttes. Deux disques ouvrent le sol au plus près du rang. Deux lames d’angle travaillent sur les buttes, des lames spéciales désherbent les flancs. Les disques à l’arrière reforment la butte et maintiennent la terre en place. Cet outil très compact ne projette pas de terre sur les cultures. Un ressort peut être installé pour une utilisation en conditions extrêmes (dans le cas d’argile très dure par exemple). Une herse étrille ou des doigts de binage peuvent être mis à l’arrière si besoin.

Grimme : bineuse pour désherbage sur buttes GH Öko

Grimme a développé les buttoirs GH Öko pour désherber mécaniquement tout en reformant une butte. Ils existent en version 2, 4, 6 ou 8 rangs. L’objectif de la bineuse est de désherber mécaniquement le tour de butte complet, en grattant les flancs de butte et en remontant la terre sur les flancs. Elle est adaptée aux cultures en buttes avec un écartement allant de 75 à 91,4 cm. Afin d’apporter un soin optimal à la butte, la machine peut être équipée d’options, comme des dents différentes adaptées au type de sol.

 

2EBalm : désherbeurs thermiques

La société 2EBalm est spécialisée dans les désherbeurs thermiques fonctionnant au propane. Les brûleurs dégagent une température de 1 400°C qui entraîne l’éclatement des parois cellulaires de la plante. Celle-ci se dessèche et meurt après un ou deux jours. La machine poussée manuellement Maraîflam 148, adaptée pour le désherbage de cultures en lignes sur planches maraîchères standards (1,20 m à 1,50 m), permet de désherber 2 rangs complets avec 4 brûleurs ou en plein sur 80 à 100 cm de large. Une version tractée existe également, Maraîflam 304, qui permet de désherber jusqu’à 5 rangs avec 8 brûleurs maximum. La largeur est réglable de 1,20 m à 2 m sur demande.

 

Simon Group : robot de désinfection vapeur

Simon Group propose une gamme de robots de désinfection vapeur, Steam’R, pour agir contre les bioagresseurs du sol, virus, champignons, bactéries, taupins, adventices ou nématodes. Six versions existent, en 3, 4 ou 5 plaques vapeur et avec une chaudière de 600, 800 ou 1 000 kg vapeur par heure. Le principe est de chauffer le sol à 80-90°C sur 8 à 12 cm. On programme la longueur de la parcelle, le nombre de poses et le temps d’application, qui doit être d’environ 4 à 5 mn suivant le contexte météo (température extérieure, température du sol, taux d’hygrométrie…). Une fois le temps d’application terminé, la machine relève les plaques automatiquement, avance, puis repose les plaques. Le but est d’avoir une vapeur la plus chaude et la plus sèche possible. La machine consomme environ 2 500 l/ha de fuel et il faut environ 30 h pour désinfecter 1 ha.

 

Naïo : robot de désherbage

Le robot de désherbage mécanique Dino de la société Naïo, commercialisé depuis l’an dernier, permet le désherbage de cultures à plat ou en planches. Il peut biner 4 ha en 8 h de travail. Le robot est guidé par GPS RTK et peut embarquer différents outils (lames, doigts Kress, herse étrille…). Le guidage interrang par caméra multicultures, mis en place cette année, ouvre des opportunités pour les cultures peu visibles.

 

Sabi Agri : tracteur électrique

Sabi Agri présentait sa gamme de tracteurs électriques Alpo, avec sa version Basic et sa version 4x4. Une version enjambeur viticole existe également. Alpo est adapté à tous les outils attelés de catégorie 1 en 3 points ou triangle d’attelage. Il peut réaliser 8 h de travail en une charge, la recharge nécessitant 1 h 30.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes