Aller au contenu principal

Normandie
Vers un signe de qualité pour le poireau ?

La filière normande a lancé les travaux pour obtenir une IGP “Poireau de Normandie” et un label rouge “Poireau des Sables”.

Le poireau de Normandie est commercialisé de fin juillet à début mai.
© SpagPhotography

Le poireau de Normandie fait son retour annuel sur les étals, avec une production qui tourne habituellement autour de 40 000 t. Il y a 30 ans la région ne produisait que 12 000 t de poireaux. « Nous avons développé une politique régionale de savoir-faire et d’attention particulière pour la qualité des produits, alliée à des atouts climatiques. Au fil des années, il y a donc eu un intérêt pour ce légume qui s’est développé, explique Patrick Groualle, directeur de l’AOP Jardins de Normandie. Le poireau de Normandie est planté 100 % à trou* et le calibrage (20-30 et 30-40) est systématique. Le poireau de Normandie se distingue donc par sa droiture, son niveau de blanc, son feuillage sain et de couleur vert-bleuté. Il est arraché chaque jour et expédié au plus vite pour être toujours frais et savoureux. » La culture est répartie sur trois zones littorales, le Val de Saire et la côte Ouest (17 à 18 000 t chacun), et le Mont St Michel (5 à 6 000 t), où un climat océanique tempéré assure une pluviométrie régulière et peu d’écarts de température tout au long de l’année. Le poireau de Normandie est commercialisé de fin juillet à début mai, c’est une complémentarité intéressante puisque la saison commence en relais du primeur nantais.

Forte de ce savoir-faire régional, la filière travaille de front sur deux dossiers : une IGP “Poireau de Normandie” et un label rouge “Poireau des Sables”. « Les travaux sont en cours, nous n’en sommes encore qu’au début, prévient Patrick Groualle. Pour le label rouge, le dossier est un peu plus avancé, nous espérons qu’il aboutisse dans un an ou deux. A travers ces deux dossiers, c’est la reconnaissance de tous les travaux qui ont été fait chez nous depuis 30 ans ». Le projet est porté par l’ODG Association des producteurs et expéditeurs de légumes sous label (qui gère notamment la carotte des sables Label rouge).

 

*La technique consiste à réaliser mécaniquement un avant trou avec une poinçonneuse (ce qui apporte la droiture et la longueur du blanc sur le fût). Le plant de poireau est déposé dans ce trou dont la profondeur oscille entre 16 et 20 cm. Ensuite, pour optimiser la longueur du blanc, un buttage est réalisé.

 

Une campagne 2018-2019 marquée par la sécheresse ?

Les surfaces sont équivalentes aux années précédentes, environ 1 000 ha (850 ha pour l’AOP Jardins de Normandie). Les volumes tournent habituellement autour de 40 000 t (34-35 000 t pour l’AOP). Comme toutes les autres régions, la Normandie a été affectée par la sécheresse, compensée en partie par l’irrigation. « Les calibres sont plus fins, ce qui pourrait jouer sur le rendement final, et l’offre n’est pas pléthorique, souligne Patrick Groualle, directeur de l’AOP Jardins de Normandie. A voir les conditions météorologiques en octobre-novembre, pour le moment il est trop tôt pour faire des prévisions. Les prix sont actuellement bien orientés, malgré une consommation encore tournée vers les légumes d’été en raison du temps chaud et ensoleillé. Le poireau n’a pas encore pris toute sa place dans les linéaires. »

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes