Aller au contenu principal

Un verger connecté en expérimentation au centre CTIFL de Balandran

Le CTIFL a mis en place un verger connecté sur son site expérimental de Balandran (Gard), avec pour objectif d'améliorer la qualité et de diminuer les intrants.

Un piège connecté attirant les carpocapses permet de suivre à distance les vols de ce ravageur dans le verger connecté du CTIFL. © RFL
Un piège connecté attirant les carpocapses permet de suivre à distance les vols de ce ravageur dans le verger connecté du CTIFL.
© RFL

« L’objectif de l’essai est de voir si, avec les données récoltées, la qualité des fruits peut être augmentée et les intrants diminués », présente Camille Allemann lors des visites d’essai arboriculture du centre CTIFL de Balandran, mi-mai. Sept types d’outils connectés ont été installés sur une parcelle de Rosy Glowcov, plantée en 2019, conduite de manière conventionnelle. Une station météo mesurant l’hygrométrie, l’humectation foliaire et la température permet de récolter des données pour faire tourner les modèles tavelure et carpocapse.

 

A lire aussi : outils numériques en production de fruits et légumes : un usage plus courant, mais hétérogène

Pour suivre l’irrigation, le verger a été équipé de deux sondes capacitives, de quatre placettes, de trois dendromètres et de quatre trios de tensiomètres positionnés chacun à une profondeur différente. Un manomètre connecté permet de vérifier à distance l’absence de fuite dans le réseau d’irrigation de la parcelle avec un suivi du volume d’eau et de la pression. Tous ces outils sont connectés en Sigfox, une technologie qui demande peu d’énergie pour transmettre l’information, 4 piles AAA suffisent. Des pièges connectés attractifs permettent d’identifier et compter automatiquement les carpocapses dans le but de suivre leurs vols. D’autres hyménoptères peuvent être identifiés. C’est l’attractif qui est sélectif. « Le piège envoie trois photos par jour, détaille l’expérimentatrice. Il fonctionne avec une carte SIM et nécessite une batterie pour fonctionner. »

A lire aussi : 5 pièges connectés pour automatiser la surveillance des ravageurs

Une autre caméra est positionnée à la cime du verger et prend en photo régulièrement les trois pommiers positionnés en face d’elle. L’objectif est de pouvoir suivre le grossissement des fruits et déclencher la récolte selon la coloration. « Le logiciel d’analyse des images arrive à différencier les fruits des feuilles à partir de mi-avril », note Camille Allemann. Enfin, deux sondes de suivi de l’azote et du potassium sont aussi testées. « La sortie des résultats est en volt et nous avons pour le moment du mal à interpréter les résultats, continue-t-elle. Nous n’avons par exemple pas vu de différences entre avant et après un apport de fertilisation. »

Les résultats de performance du verger connecté sont comparés à une parcelle de Rosy Glowcov où seuls des capteurs sols pour gérer l’irrigation sont utilisés. « Pour le moment, la différence entre les deux vergers se situe sur l’irrigation. La même quantité d’eau a été apportée mais la stratégie d’apports a été différente. Sur le verger connecté, ils ont suivi les besoins de la plante avec les résultats du dendromètre alors que sur le verger témoin, trois apports ont été faits par semaine selon l’ETP prévisionnelle. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« L'accord UE-Maroc tue la production européenne de tomates », selon FruitVegetablesEUROPE
FruitVegetablesEUROPE et trois de ses associations membres demandent à la Commission européenne d’agir contre « le…
Débat : L' alimentation végétale, meilleure pour la santé et plus durable ?
Un webinaire de l’Institut for a Positive Food et de Planet Food Santé a débattu de la pertinence d’une alimentation toujours…
Le projet Sun’agri regroupe INRAE pour la modalisation plante, ITK pour la modélisation climatique, Irstea pour le pilotage de l’irrigation et Sun’R pour le pilotage des panneaux solaires. © Sun'R
Essai du dispositif Sun'agri sur verger de pommiers: « Maximiser production fruitière et production électrique »
Le dispositif de persiennes orientables photovolataïques de Sun'agri, destiné à la protection des cultures contre les aléas…
Francisation de fruits et légumes espagnols : une enquête en cours
Un grossiste en fruits & légumes des Bouches-du-Rhône est soupçonné d’avoir francisé plusieurs centaines de tonnes de fruits…
Après les légumes, Cultiv lance une gamme de cosmétiques à base de céréales bio et françaises
La marque de cosmétiques d’InVivo lancera en septembre Epanouit, à base de céréales. Pas de quoi faire un complément de revenus…
Carrefour veut structurer une filière amande bio française avec la coopérative La Melba
Le distributeur s’est engagé en prix et en volume pour trois ans avec cinq producteurs en conversion. Mais le partenariat se veut…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes