Aller au contenu principal

La méthodologie du recensement agricole

Le recensement agricole est une opération qui se fait à l’échelle européenne sur un socle commun de données. Pour cette édition 2020, la France a choisi de recueillir les données via un questionnaire internet puis par téléphone et en face-à-face.

Plusieurs méthodes ont été utilisées afin de recueillir les données du recensement auprès des agriculteurs.
Plusieurs méthodes ont été utilisées afin de recueillir les données du recensement auprès des agriculteurs.
© DR

Tous les dix ans, le recensement agricole est une des plus importantes opérations statistiques réalisées en France. Il se réalise sur les mêmes périodes dans les 27 Etats membres de l’Union européenne en se basant sur des méthodes développées par la FAO. Un socle commun de données est ainsi disponible pour tous les pays européens, mais chaque Etat est libre d’ajouter des questions. Concernant les caractéristiques générales de chaque exploitation, le tronc commun, le recensement est exhaustif. Il concerne l’ensemble des exploitations agricoles, qu’elles soient grandes ou petites, que l’agriculture corresponde à l’activité principale ou secondaire de l’exploitant.

Plus de 500 000 exploitations ont été interrogées en 2020. Leur liste a été établie en se basant sur le répertoire des entreprises (Sirene), les déclarations PAC et les données MSA. D’autres informations, regroupées en modules, ont été récoltées sur un échantillon de 110 000 exploitations. En 2020, ces modules concernaient la main-d’œuvre, les activités de diversification et le développement rural. Un autre échantillon d’exploitations sera interrogé en 2023 sur l’irrigation, la gestion du sol, les machines et équipements, et les vergers.

Une récolte des informations par internet, téléphone et en face-à-face

L’une des nouveautés de 2020 réside dans le mode de recueil des données. En effet, en pleine pandémie, il a été choisi d’inviter dans un premier temps les chefs d’exploitation à répondre à un questionnaire par internet. Les trois quarts des exploitants agricoles ont joué le jeu de ce questionnaire en ligne. Ceux n’ayant pas répondu par internet ont été invités à répondre au questionnaire du socle commun par téléphone (15 %), puis un enquêteur s’est déplacé chez les exploitants pour recueillir en face-à-face les questionnaires manquants.

Les réponses des 110 000 exploitants choisis pour répondre au questionnaire complet (socle commun et modules) ont été recueillies dans des entretiens en face-à-face. Au total, 97 % des exploitants agricoles ont répondu. Une fois le recensement effectué, des critères ont été appliqués afin de s’assurer que toutes les exploitations retenues sont des acteurs économiques. Pour les filières végétales, les exploitations retenues ont une superficie agricole supérieure ou égale à 1 ha et une superficie en cultures spécialisées supérieure ou égale à 0,2 ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

La France perd sa seule usine de transformation des artichauts
La seule usine française (installée en Bretagne) assurant la transformation des artichauts a fermé ses portes. Un manque à gagner…
Entre Le Marché de Léopold et les Comptoirs de la Bio, c’est fini !
Le Marché de Léopold table désormais sur son modèle actionnarial et opérationnel pour assurer son développement.
bananes équitables en rayon
100 % certifiées et projets pilote en production : comment Lidl s’engage pleinement pour la banane ?
Biodiversité, rémunération, environnement, pesticides… Lidl France s’est engagé dans la responsabilisation de ses filières de…
Pommes de terre bio : « Il est urgent de relancer la consommation !»
La baisse de consommation et les incertitudes sur les rendements amènent certains opérateurs à se désintéresser de la pomme de…
Légumes de France appelle son réseau à effectuer des relevés de prix et d'origine en magasins
Le syndicat Légumes de France veut vérifier les prix pratiqués en magasin, ainsi que la place des productions françaises vis-à-…
« On observe moins de pucerons sur pommier en présence de romarin »
Sylvaine Simon, ingénieure de recherche INRAE, expose les résultats d'un essai mené dans un verger de pommiers bio, visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes