Aller au contenu principal

Un programme de protection des cultures en Corse

« Protect’Agrumes et autres productions végétales en Corse » vise à trouver des solutions biologiques alternatives aux pesticides pour la protection des cultures insulaires.

« Protect’Agrumes et autres productions végétales en Corse » vise notamment à réduire l’impact de Tapinoma nigerrimum et la mineuse des agrumes.
© Université de Corse

« Protect’Agrumes et autres productions végétales en Corse » est un programme mis en place par l’Université de Corse et le CNRS afin de trouver des solutions biologiques alternatives aux pesticides pour la protection des cultures et en particulier la lutte contre les ravageurs. Ce programme scientifique commun a débuté en septembre 2018 dans le cadre d’un partenariat avec l’Association de recherche et d’expérimentation sur les fruits et légumes de Corse (Areflec), l’Inter Bio Corse et l’Institut national de recherche agronomique (Inra) Sophia Agrobiotech de Nice. Les travaux ont pour ambition la mise au point de systèmes de production à bas intrants, en favorisant les méthodes de lutte biologique (auxiliaires, phéromones) et l’utilisation de biostimulants et de biocides innovants issus de végétaux, capables de stimuler les processus naturels des plantes et lutter contre certains ravageurs ou maladies des cultures.

Réduire l’impact de la fourmi noire

Deux nuisibles sont particulièrement ciblés par les travaux de ce programme : la tapinoma (Tapinoma nigerrimum), petite fourmi noire locale, ainsi que la mineuse des agrumes (Phyllocnistis citrella), principal ravageur sur agrumes dont la larve s’attaque aux jeunes pousses des arbustes. « La fourmi est un véritable fléau en Corse pour la culture des fruits et des légumes, précise Jean-Claude Ribaut, président de l’Areflec. Dans les vergers et les plantations, les dégâts sont énormes et il importe d’en réduire l’impact ». Les professionnels insulaires attendent beaucoup du projet « Protect’Agrumes et autres productions végétales en Corse », surtout à l’heure où ceux-ci s’orientent vers des modes de production biologiques. 500 agriculteurs sont aujourd’hui certifiés « bio » et exploitent plus de 24 000 hectares, soit 14 % des surfaces agricoles de la Corse. Et l’Inter Bio Corse observe une progression des conversions biologiques de l’ordre de 15 à 20 % par an. « Le fait de trouver des nouvelles molécules efficaces contre certains ravageurs va certainement renforcer cette dynamique et favoriser les conversions biologiques d’exploitations. D’autant que le programme Protect’Agrumes vise surtout à privilégier des solutions à base de plantes locales », mentionnent Emilie Claudet et Charline Landerieux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Maraîchage : les semis papier à l’essai
La technique des semis papier en maraîchage bio a été expérimentée en 2019 par la station d’expérimentation du Sileban, en…
Hauts-de-France : Premières certifications produit HVE Niveau 3 pour Natur’Coop
Quatre légumes de la coopérative nordiste disposent de la précieuse certification. D’autres devraient suivre dans les deux…
Agroécologie et bio : devant la multiplicité des labels, il y a un besoin urgent de communiquer… sans les emballages !
Le CTIFL a organisé le 1er février un webinaire sur l’agroécologie et les fruits et légumes, pour faire suite à celui du 17…
Les producteurs anticipent la disponibilité de la main-d’œuvre saisonnière
Les producteurs de fruits et légumes tentent d’anticiper et de sécuriser la disponibilité de la main-d’œuvre…
Crues en Lot-et-Garonne : d'importants dégâts encore difficilement évaluables pour les producteurs de fruits et légumes
La crue exceptionnelle de la Garonne en Lot-et-Garonne va compromettre de nombreuses cultures. Les pertes de récoltes de légumes…
layani
Stéphane Layani, président-directeur général de la Semmaris : « Défendre le modèle vertueux des marchés de gros »
Effet Covid-19, « train des primeurs », développement en région… Stéphane Layani évoque aussi la réflexion en cours concernant un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes