Aller au contenu principal
Font Size

Un programme de protection des cultures en Corse

« Protect’Agrumes et autres productions végétales en Corse » vise à trouver des solutions biologiques alternatives aux pesticides pour la protection des cultures insulaires.

« Protect’Agrumes et autres productions végétales en Corse » vise notamment à réduire l’impact de Tapinoma nigerrimum et la mineuse des agrumes.
© Université de Corse

« Protect’Agrumes et autres productions végétales en Corse » est un programme mis en place par l’Université de Corse et le CNRS afin de trouver des solutions biologiques alternatives aux pesticides pour la protection des cultures et en particulier la lutte contre les ravageurs. Ce programme scientifique commun a débuté en septembre 2018 dans le cadre d’un partenariat avec l’Association de recherche et d’expérimentation sur les fruits et légumes de Corse (Areflec), l’Inter Bio Corse et l’Institut national de recherche agronomique (Inra) Sophia Agrobiotech de Nice. Les travaux ont pour ambition la mise au point de systèmes de production à bas intrants, en favorisant les méthodes de lutte biologique (auxiliaires, phéromones) et l’utilisation de biostimulants et de biocides innovants issus de végétaux, capables de stimuler les processus naturels des plantes et lutter contre certains ravageurs ou maladies des cultures.

Réduire l’impact de la fourmi noire

Deux nuisibles sont particulièrement ciblés par les travaux de ce programme : la tapinoma (Tapinoma nigerrimum), petite fourmi noire locale, ainsi que la mineuse des agrumes (Phyllocnistis citrella), principal ravageur sur agrumes dont la larve s’attaque aux jeunes pousses des arbustes. « La fourmi est un véritable fléau en Corse pour la culture des fruits et des légumes, précise Jean-Claude Ribaut, président de l’Areflec. Dans les vergers et les plantations, les dégâts sont énormes et il importe d’en réduire l’impact ». Les professionnels insulaires attendent beaucoup du projet « Protect’Agrumes et autres productions végétales en Corse », surtout à l’heure où ceux-ci s’orientent vers des modes de production biologiques. 500 agriculteurs sont aujourd’hui certifiés « bio » et exploitent plus de 24 000 hectares, soit 14 % des surfaces agricoles de la Corse. Et l’Inter Bio Corse observe une progression des conversions biologiques de l’ordre de 15 à 20 % par an. « Le fait de trouver des nouvelles molécules efficaces contre certains ravageurs va certainement renforcer cette dynamique et favoriser les conversions biologiques d’exploitations. D’autant que le programme Protect’Agrumes vise surtout à privilégier des solutions à base de plantes locales », mentionnent Emilie Claudet et Charline Landerieux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes