Aller au contenu principal
Font Size

Transformation
St Mamet affiche l’origine équitable et française de ses fruits

Le conserveur gardois poursuit ses engagements sociétaux (arboriculture durable, aide à la replantation de vergers…) pour affirmer la « qualité France » de ses produits.

Les dernières années ont été chahutées pour St Mamet : changement de président (cf. FLD Hebdo du 20 octobre 2017), mise en vente (cf. FLD Hebdo du 11 mai 2018). Aujourd’hui propriété de Hivest Capital associé à la coopérative d’aucy, l’entreprise basée à Vauvert (Gard) revient sur le devant de la scène. Elle lance deux nouvelles indications, “Le fruit équitable français” et “Les vergers durables”, qui se retrouvent désormais sur les emballages de la marque.

L’enjeu est de se singulariser dans un contexte peu favorable pour des produits très traditionnels comme les conserves de fruits. Celles-ci appartiennent à une catégorie peu visible par le consommateur qui ne comprend pas toujours le différentiel prix avec d’autres produits. « Nous devons reprendre la main sur le destin de la marque et d’une filière exemplaire pour qui la culture raisonnée est une réalité depuis deux décennies. Aujourd’hui, la spécificité de St Mamet est d’être seul à proposer fruit français et commerce équitable », déclare Joël Derrien, directeur marketing de St Mamet.

Des besoins en abricots

L’autre aspect de ce retour est la démarche “Aux arbres, citoyens” : un appel au développement des vergers. Fournisseur historique de St Mamet, la coopérative Conserve Gard (16 000 t) a été confortée dans sa relation par un accord garanti jusqu’en 2021 et une augmentation régulière du prix d’achat (30 % pour 2018-2019 selon Le Midi Libre). Cette situation permet à la coopérative d’aborder sereinement l’extension de ses vergers de 650 ha. « Nous avons des besoins en pêches et en poires mais surtout en abricots, que nous sourçons dans le sud de l’Europe, voire d’Afrique du Sud quand les campagnes sont très mauvaises, précise Joël Derrien. L’offre bio de St Mamet n’a que deux ans mais le taux de conversion des producteurs partenaires a triplé depuis 2018 et la tendance se poursuit pour 2020. Pour l’ananas, nous travaillons depuis trois ans avec Philpack, un producteur philippin engagé aussi dans des pratiques vertueuses ».

De nouvelles offres bio sont en gestation à St Mamet. Leur lancement est prévu en 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes