Aller au contenu principal

Fruits et légumes conventionnels sous signe de qualité : bon début pour Orlana, la marque de Banagrumes

Orlana, une marque du grossiste Banagrumes à Rungis, fête ses deux ans d’existence. Alain Alarcon, président, fait le point pour FLD.

L’avocat est une des trois « locomotives » de l’offre Orlana depuis le début. Banagrumes ne cache pas son ambition de devenir référent sur le marché en expansion de l’avocat prêt-à-consommer.
© Philippe Gautier-FLD

Les 22 et 23 septembre prochains, sur le marché de Rungis, Banagrumes fêtera les deux ans d’Orlana. C’est en effet en 2020 que le grossiste rungissois a lancé cette marque s’adressant aux fruits et légumes conventionnels mais disposant d’un signe de qualité, d’une certification ou issus de démarches vertueuses (GlobalGAP, IFS, ZRP, Fairtrade...).

Lire aussi :

Rungis : Banagrumes agrandit sensiblement sa surface d’exploitation

Pamplemousse blanc : la stratégie de Banagrumes et IMG Citrus pour le relancer en France

De premiers résultats à confirmer

Où en est cette marque aujourd’hui ? « Orlana représente environ 1500 t de fruits par an, pour un chiffre d’affaires de 3,2 M€. Nous en sommes toujours au démarrage : implanter une marque propre demande du temps, il faut faire preuve de persévérance et continuer la mise en avant d’Orlana dans notre établissement de Rungis », explique Alain Alarcon, président de Banagrumes.

Au fil du temps, la gamme s’est développée mais trois produits se sont détachés du peloton : avocat, banane et mangue. Sous la marque, on trouve aussi  le citron, le kiwi, le pitaya. « Notre volonté est toujours de réassurer notre clientèle au travers de marques propres transverses qui apportent en plus la fidélisation de la clientèle, analyse Alain Alarcon. Ces marques maison boostent vraiment les catégories de fruits concernés. Mais, il faut continuer de proposer un fruit abordable, même si le contexte actuel est délicat. En cela, Orlana n’est pas une marque premium : c’est d’abord un bon produit qui se situe en prix légèrement au-dessus du conventionnel ».

 

Alain Alarcon, président de Banagrumes : « Orlana n’est pas une marque premium : c’est d’abord un bon produit qui se situe en prix légèrement au-dessus du conventionnel »
© Philippe Gautier-FLD

 

Quelle sera l’évolution d’Orlana dans les prochains mois ?

Avec trois « locomotives » comme l’avocat, la mangue et la banane, la marque Orlana dispose déjà d’une bonne position dans la gamme de produits vendus par Banagrumes. Mais, cela ne signifie pas que la liste est close. « Nous ne fermons pas la porte, confirme Alain Alarcon. Nous avons testé la vente de cerises Orlana l’an dernier par exemple. De plus, nous renforçons actuellement fortement notre offre en raisin apyrène avec la volonté de proposer à côté de l’incontournable Italia, d’autres variétés comme le blanc seedless qui offre un gros grain croquant, le sweet celebration ou l’autumn crisp. En sourcing, nos raisins proviennent d’Italie, d’Espagne et bientôt du Portugal. Certains raisins pourraient concerner Orlana à terme ».

Des aménagements pour rationaliser l’activité

En 202,  Banagrumes a fait l’acquisition de trois nouvelles portes (anciennement établissement Thirion) dans le bâtiment D2. Avec cette extension, la société augmente de 25 % sa surface d’exploitation qui est désormais portée à 2 000 m2. D’importants aménagements sont en cours : « Il est vrai que nous sommes dans un important programme de travaux : création de nouvelles chambres froides, installation de deux nouveaux monte-charges et de nouveaux systèmes de génération de froid, réaménagement global des locaux… »

 

L’acquisition de trois nouvelles portes (anciennement établissement Thirion) dans le bâtiment D2, permet à Banagrumes d’augmenter de 25% sa surface d’exploitation et aussi d’améliorer le parcours logistique dans les deux sites rue de Montpellier et rue de Châteaurenard.
© Philippe Gautier-FLD

 

La particularité à Rungis est que les sites des grossistes disposent de sous-sols quand la tendance est plutôt aux entrepôts de plain-pied. « Cela entraîne beaucoup plus de manutention pour le personnel : ces aménagements visent à offrir plus de flexibilité, plus de confort et de sécurité, en même temps qu’ils participent à la rationalisation de notre stockage selon les températures requises par les produits », reconnaît le président de Banagrumes.

Devenir référent en avocats mûrs à point

Par ailleurs, l’entreprise termine l’installation de trois nouvelles chambres de mûrissage dans son établissement principal. Avec désormais 10 chambres, sa capacité potentielle passe de 7000 t à 10 000 t. « Surtout, cela va nous permettre de développer notre offre en prêt-à-consommer en avocats, un marché en expansion Notre ambition est clairement de devenir référent sur cette gamme. Et bien entendu, ces nouvelles surfaces seront essentielles pour le développement de nos marques propres Orlana et Bio Select », conclut Alain Alarcon

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Flambée des coûts de l’énergie : en péril, les entreprises de la filière fruits et légumes demandent un bouclier énergétique spécifique
Interfel a réuni la presse ce jeudi 22 septembre afin que les professionnels témoignent de l’impact de la hausse des coûts de l’…
La lutte contre la francisation est l’une des nombreuses actions poursuivies depuis plusieurs années par l’AOPn Fraises de France.
Une francisation de framboises supposée
L’AOPn Fraises de France se constituera partie civile en cas de faits avérés de francisation de framboises, révélés dans l’…
Le verger maraîcher de l’Institut Agro a reçu la visite de chercheurs du monde entier venus au congrès IHC Angers 2022.
Maine-et-Loire : un verger maraîcher comme vitrine de l'Institut Agro
Le système jardin-verger de l’Institut Agro d'Angers est un véritable laboratoire à ciel ouvert animé par des étudiants et…
Le Maroc accroît ses exportations sur l’UE au premier semestre, l’Espagne s’inquiète
La Fepex s’est inquiétée le 31 août de la dynamique des exportations marocaines sur l’UE, en particulier vers son propre marché…
Avis de tempête pour l’exportation espagnole de fruits et légumes
Acteur de premier plan dans la production et l’exportation de fruits et légumes, l’Espagne connaît, à l’instar de ses collègues…
Après douze années d’expérience en aquaculture, Sébastien Maitrot s’est intéressé aux légumes de la mer.
Sébastien Maitrot a misé sur la culture de salicorne
Biologiste de formation et aujourd’hui maraîcher dans le Finistère, Sébastien Maitrot s’est spécialisé dans la culture de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes