Aller au contenu principal

Raisin de table : le Chasselas de Moissac en quête de valorisation

Le syndicat de défense du Chasselas de Moissac AOP a tenu sa réunion de lancement de campagne le 3 septembre à Moissac (Tarn-et-Garonne).

Les dernières années ont été difficiles pour le Chasselas de Moissac, avec une problématique récurrente de prix bas. « Chaque année, il manque 20, 30, 50 cts au kilo, prix producteur, pour que cette production soit rentable, pointe Françoise Roch, présidente de la FNPF et productrice de Chasselas. Il est primordial de donner envie aux producteurs de continuer le Chasselas ». Le syndicat de défense du Chasselas de moissac AOP a entamé fin 2018 un travail visant à revaloriser la production, avec l’intervention de médiateurs auprès des relations commerciales. Plusieurs axes de travail ont été identifiés : faire reconnaître la qualité et la différenciation du produit, travailler en partenariat avec la grande distribution (qui écoule 80 % de la production), développer la HVE, travailler sur une meilleure organisation professionnelle…

Une cinquantaine d'exploitations certifiées HVE

Cette mission a abouti à la signature d’une charte interprofessionnelle entre producteurs et metteurs en marché, qui fixe une date de commercialisation commune pour le Chasselas de Moissac AOP et le Chasselas catégorie 1. « L’objectif est d’assurer aux consommateurs la dégustation d’un produit de qualité dès le début de saison et ainsi de dynamiser et pérenniser la consommation », indique le syndicat. Cette année, le début de campagne a été fixé au 20 août, en avance d’une dizaine de jours par rapport à la moyenne. « C’est une belle récolte, de très bonne qualité », assure le président du syndicat Claude Gauthier. En termes de volumes, l’année devrait être normale, autour de 3500 tonnes (3330 en 2019). Une cinquantaine d’exploitations ont été certifiées HVE, ce qui représente 25 à 30 % de la production AOP. Autre sujet abordé, l’expérimentation de la génodique par six producteurs de l’AOP, depuis l’an dernier et pendant trois ans, en tant que traitement contre les maladies du bois en recrudescence. « On diffuse de la musique deux fois par an dans les vignes, témoigne Julien Custody (lire aussi : de la musique pour soigner les vignes). Les résultats sont pour le moment mitigés, difficile de tirer des conclusions aujourd’hui ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Les neuf maraîchers adhérents à l'OP Ydeal sont situés dans un rayon de 20 km au sud de Nantes. © Ydeal
Débuts prometteurs et projets d’avenir pour la nouvelle organisation de producteurs Ydeal
Créée début 2020 en région nantaise, l’OP Ydeal avec sa marque Le Potager de Jade mise sur la proximité, la réactivité et la…
Les 5 plus gros marchés du bio en Europe
Les consommateurs de l’Union européenne ont dépensé plus de 42 milliards d’euros pour les produits bio en 2018, dont plus de la…
tomate san pesticides
« Sans pesticide » et « Sans résidus de pesticides » font polémique
Les groupements de producteurs engagés dans les démarches « sans pesticides » ou « sans résidu de pesticides » réagissent…
Cette installation a été mise en place en mars. La première récolte, avec de faibles volumes, est prévue en 2021.  © Blue Whale
Blue Whale veut révolutionner le raisin bio
Le projet de raisin bio sous abri-climatique semble sur de bons rails. Il permettra de sécuriser le producteur et de répondre aux…
Le guayule est adapté aux conditions pédoclimatiques du sud de la France. Sa culture peut se concevoir dans le cadre d’une diversification.
Diversification : Le guayule produit du caoutchouc naturel
Issu de régions désertiques du continent nord-américain, le guayule offre des perspectives très prometteuses de développement d’…
Le Gis Fruits a étudié cinq catégories de services : la production de fruits, l’économie et l’emploi, l’environnement, la santé et le bien-être, et le patrimoine et la culture. © RFL
Arboriculture : ce qu’apportent les cultures fruitières à la société
Les services apportés par l’arboriculture à la société ont été décryptés dans une récente étude du Gis Fruits. Une première étape…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes