Aller au contenu principal

Quatre nouveaux Meilleurs Ouvriers de France Primeur

Cette semaine, les primeurs font décidément l’actualité. Après avoir attiré les projecteurs sur la première promotion du CAP Primeur (lire ici), certains d’entre eux se retrouvaient à Toulouse pour participer ou assister à la finale du concours Un des Meilleurs ouvriers de France.

C’est sur le carreau des producteurs du Grand Marché Min de Toulouse que se sont déroulées ces finales les 21 et 22 octobre. Un an après les épreuves qualificatives (Lire le reportage photos de FLD Mag lors des épreuves qualificatives ici), les huit finalistes venus de toute la France (Charlotte de Nouvelle-Aquitaine, José des Haut-de-France, Jean-Luc d’Auvergne-Rhône-Alpes, Eric d’Occitanie, Rémi du Grand-Est, Virginie de Nouvelle-Aquitaine, Patrice du Grand-Est, et Yannick d’Auvergne-Rhône-Alpes) ont défendu leur savoir-faire lors des épreuves orales et écrites devant des jurys composés de professionnels des plus exigeants, comme l'est le métier.

Découverte du métier de primeur pour certains journalistes

Maguelonne Pontier, directrice du Min Toulouse Occitanie, s’est déclarée très satisfaite pour cette première en Occitanie : « De nombreux médias sont venus, certaines radios ont annoncé l’événement en proposant aux auditeurs de venir voir… Certains journalistes m’ont dit qu’ils étaient heureux de découvrir un métier qu’ils ne connaissaient pas ».

Deux nouveautés

Deux nouveautés cette année : les compétiteurs découvraient le thème le jour des épreuves et ils devaient travailler avec des produits déjà fournis. Mais ils devaient aussi apporter huit fruits et légumes imposés et défendre leur sélection devant le jury.

Le thème (faire apprécier les fruits et légumes aux enfants), en a dérouté plus d’un. Lors des oraux, des questions précises sur les pesticides, mais aussi la saisonnalité, ont été posées au candidats. Les compétiteurs devaient adapter leurs réponses à l'âge des enfants.

Pour les épreuves pratiques, une partie de l'étal mais les préparations, devaient également leur être adressées. Les enfants sont en effet une cible prioritaire pour la filière fruits et légumes, mais aussi, comme en ont bien conscience tous les primeurs interrogés, « nos clients de demain ».

Autres difficultés rencontrées par les compétiteurs, les produits imposés. « C'est très compliqué d'aller trouver des champignons sauvages français à l'heure actuelle avec cette sécheresse, par exemple. Il faut vraiment avoir un bon réseau, mais cela fait partie du métier ! », témoigne Patrice Richard.

Sur les huit finalistes, quatre obtiennent le précieux titre : Jean-Luc Botti de Chambéry (Savoie), Éric Fabre de Muret (Haute-Garonne), Patrice Richard de Reims (Marne) et Charlotte Entraigues de Royan (Charente-Maritime).

Plus d'images ici

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Une Boussole des Labels pour guider le consommateur dans les rayons alimentaires
Les trois ONG ActionAid France, Bio Consom'acteurs et FAIR[e] un monde équitable publient un guide pratique téléchargeable…
Kiwi : SCAAP Kiwifruits de France et Euralis, partenaires pour développer la production

SCAAP Kiwifruits de France et la coopérative Euralis ont signé le 17 mai un partenariat pour le développement local de…

Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes