Aller au contenu principal

Prévisions de récolte : une très faible production européenne d'abricot en 2021

Les prévisions de récolte européenne d'abricot sont particulièrement basses cette année. Si les chiffres sont encore incertains, les dégâts de gel dans les principaux pays producteurs ont fortement amputé la production à venir.

La récolte européenne 2021 d'abricots est pour le moment prévue à 344 000 t , en baisse de 40 % par rapport à la moyenne 2015-2019.
© A. Lasnier

La récolte européenne d’abricot sera très déficitaire en 2021. C’est le constat partagé par les intervenants de la première édition des Mardis de Medfel, mardi 4 mai, consacré aux prévisions de récolte 2021 d’Europêch’. Dans les quatre principaux pays producteurs européens, Italie, Espagne, France et Grèce, les conditions climatiques et notamment des épisodes de gel exceptionnels ont très fortement impacté les volumes à venir. La récolte attendue est de 344 000 t, en baisse de 20 % par rapport à 2020 qui avait déjà été une année de faible récolte. La chute est même de 40 % par rapport à la moyenne 2015-2019.

Prévisions de récolte européenne d'abricot 2021
Prévisions de récolte européenne d'abricot 2021 (Europêch')

Attention, l’incertitude est encore grande sur ces chiffres de prévisions de récolte. La situation peut encore évoluer dans les semaines à venir. C’est pour cette raison que les prévisions de récolte pêche-nectarine en France, qui devaient être communiquées également le 4 mai, ne le seront pas avant le 25 mai. « Il y a encore beaucoup trop d’incertitudes, a expliqué Eric Hostalnou, de la Chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales, qui animait les débats. La réévaluation est en cours pour la pêche et la nectarine, il est trop difficile de faire des prévisions aujourd’hui ».

A lire aussi : Dégâts de gel : la filière abricot très affectée, la pêche s'en sort mieux

Malgré le manque de solidité des prévisions, il est certain que la récolte française d’abricot sera très basse, l’une des plus faibles des trente dernières années. « L’année commençait plutôt bien, les besoins en froid avaient été remplis cet hiver », a évoqué Nathalie Bonnet, dirigeante du Domaine des Coteaux (Gard). Mais les terribles nuits de gel, particulièrement celle du 7 au 8 avril, ont complètement changé la donne, alors que les fruits étaient déjà formés. On pourrait ne pas atteindre les 50 000 t dans les trois principales régions de production, alors que la récolte 2020 était de 84 000 t et la moyenne 2015-2019 de 133 000 t.

Prévisions de récolte française d'abricot 2021
Prévisions de récolte française d'abricot 2021 (Europêch')

« Il faut remonter à 2003 et 1998 pour retrouver des niveaux aussi faibles », a déploré Nathalie Bonnet. Le constat est particulièrement négatif en Rhône-Alpes, habituellement première région de production, mais qui cette année ne récolterait que 15 000 t d’abricot (38 000 t en 2020 et 75 000 t en moyenne sur 2015-2019). En Paca, les prévisions sont de 6 000 t (14 000 t en 2020, 21 000 t en moyenne). Le Languedoc-Roussillon est la région la moins touchée, les dégâts y sont très hétérogènes. On prévoit en 2021 moins de 26 000 t, contre 33 000 t en 2020 et 40 000 t en moyenne quinquennale.

L'Emilie Romagne à 40 % de son potentiel de production

Premier pays producteur européen d’abricot, l’Italie a une nouvelle fois été très durement touchée par les épisodes de gel. En 2020, la situation en Emilie Romagne était catastrophique, avec à peine 12 000 t récoltées sur un potentiel de 100 000 t. Cette année, les prévisions sont un peu moins mauvaises, avec 40 000 t prévues pour le moment, en raison de fortes disparités entre les vergers situés sur les coteaux et ceux en plaines. « Les prévisions sont presque normales pour les coteaux», a constaté Elisa Macchi, directrice du CSO Italie. L’Italie du Sud a été aussi très impactée, la récolte prévue est de 104 000 t contre 136 000 t en 2020. Au total, les prévisions italiennes sont de 154 000 t, en légère baisse par rapport à 2020 (-5 %), mais surtout en forte diminution de 37 % par rapport à la moyenne 2015-2019 (245 000 t).

Le gel a également frappé l’Espagne, lors de la quinzième quinzaine de mars. Plus de 5600 ha d’abricotiers ont été touchés, dont 2300 dans la région de Murcia, 900 en Catalogne, 800 en Aragon, et 700 en Castilla la Mancha. Les prévisions de récolte sont de 87 000 t, soit 15 % de moins qu’en 2020 et 31 % de moins que le moyenne 2015-2019. « En 2020, malgré les problèmes de gel, le bilan a été positif, a souligné Santiago Vasquez, de la Fédération des coopératives espagnoles. Les prix assez hauts et la baisse de production dans les autres pays ont fait que les résultats ont été meilleurs qu’en 2018 et 2019 ».

A lire aussi : Conséquences du gel : « Il faut engager un dialogue au plus vite avec la GMS. »

Enfin, la Grèce, habituellement quatrième pays producteur d’abricot en Europe, prévoit une récolte 2021 de 55 000 t, contre 78 000 t en 2020 et 71 000 t en moyenne sur la période 2015-2019. « Mais il est encore trop tôt pour être sûr de ces tonnages », a mis en garde Georgios Kantsios, de la coopérative ASEPOP.

Les prévisions de récolte pêches et nectarines, en France et en Europe, seront dévoilées le 25 mai lors de la troisième et dernière édition des Mardis de Medfel.

Lire aussi : Gel : tous les potentiels de production sont orientés à la baisse

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes